Regard d’expert GMS : les égarements du packaging

0
758

Prenons exemple sur Apple, la pomme qui a tout compris, et attardons-nous sur le packaging de nos fruits et légumes, pour dégager quelques pistes d’amélioration.

Allez, reconnaissons-le : même si je taquine Apple (dans mon blog) sur son approche technologique un tantinet sectaire et ses tarifs douloureux, je suis par ailleurs un immense fan de la « pomme », et ce pour presque tout ce qu’ils font. Y compris le packaging. Qui arrive à jeter l’emballage de son nouvel icône geek tout de suite après l’avoir déballé ? Je vais attendre de vérifier que tout fonctionne, ça me sera utile à l’avenir dans le cas d’une reprise, je vais ranger autre chose dans cette belle boîte… mais la vraie raison n’est pas là. Avez-vous réalisé à quel point ce packaging définitivement premium (qualité des cartons, blanc immaculé, produit et périphériques enchâssés dans une loge type bijou, livret notice miniature et minimaliste digne de la Pléiade), ergonomiquement parfait, dépouillé et simplement beau, est aligné avec l’objet qu’il protège ? Avez-vous noté la cohérence exemplaire entre contenu et contenant ?

Vous pouvez lire la suite dans le magazine végétable n°394 de décembre, en le commandant ou en vous abonnant.