Regard d’expert commerce international : la Suisse

0
112
Le besoin avéré d’importation de la Suisse la place en situation d’arbitre entre les fournisseurs internationaux, en privilégiant le respect des qualités sanitaires et gustatives des produits destinés à des consommateurs exigeants.

La Suisse est un pays neutre et tient à le rester. Aussi convenait-il de lever les doutes sur sa volonté de préserver son modèle de production et de commerce extérieur agroalimentaires. Le mandat définitif de négociation du Conseil fédéral avec l’UE-27, approuvé le 8 mars 2024, précise explicitement qu’en matière d’accord sur les produits agricoles, les tarifs douaniers doivent rester préservés, y compris les contingents tarifaires et leur méthode d’administration, et que l’accord de libre-échange de 1972 ne fera pas partie du paquet et du périmètre des négociations à venir.

Au global, la Suisse a une économie prospère. Sa productivité industrielle, la qualité de son système éducatif et de santé, son engagement dans la protection de l’environnement, son niveau de vie sont parmi les plus élevés d’Europe. L’économie agroalimentaire reste cependant beaucoup plus mesurée, pour des raisons géographiques et agroclimatiques, avec des productions fortement marquées par les contraintes écologiques et sociales, et une assise bio bien ancrée.

Pour voir la suite de cet article, les tableaux et les graphiques sur le commerce, merci de vous connecter à votre espace abonné ou de vous abonner.