Cerise de Provence : un ticket d’entrée toujours plus relevé

0
127

Face aux défis qualitatifs, sanitaires, climatiques, la filière cerise provençale se concentre dans les mains d’un nombre restreint de producteurs, dédiés à des cahiers des charges toujours plus relevés, avec en ligne de mire une IGP qui pourrait demain devenir une belle vitrine.

« Le bilan de la campagne 2019 est plutôt positif », analyse Alexandra Lacoste, directrice de l’AOP Cerises de France. « Grâce notamment à une météo printanière défavorable à la prolifération de la mouche Drosophila Susukii. » La bonne météo, cela veut dire absence d’humidité, de la chaleur et un peu de vent qui contraint cette minuscule mouche à demeurer à l’abri des zones boisées alors qu’elle aime « goulûment » les cerises !

Veuillez vous abonner pour lire la suite.