Regard d’expert commerce international : l’Afrique du Sud

0
429

L’économie de la filière est dépendante de l’équilibre social intérieur et de la parité du rand face aux devises de références.

Avec des ventes extérieures de près de 4 Mt, l’Afrique du Sud se classe au dixième rang mondial des pays exportateurs de fruits et légumes frais (et pommes de terre). Elle se distingue principalement par ses exportations d’agrumes, de raisins, de pommes, de poires, de fruits à noyau, prunes, pêches, nectarines. D’autres espèces telles les oignons, kiwis, petits fruits (myrtilles), noix (macadamia), raisins secs… suscitent un intérêt réel et croissant de la part des clients. Les Pays-Bas, le Royaume-Uni et plus généralement l’Europe captent l’essentiel des exportations sud-africaines, soit 44 % des volumes. L’Asie (Chine, Hong Kong, Malaisie, Bengladesh, Proche et Moyen-Orient) en absorbent 35 %, l’Amérique du Nord 6 % et l’Afrique 15 % (prioritairement les pays proches comme Mozambique, Botswana, Eswatini, Namibie…). Les ports de Durban, Cape Town, Ngqura (ou Coega) et Port-Elizabeth, dotés d’importantes installations de stockage frigo, sont les points stratégiques sud-africains d’exportation, mais leur exploitation logistique a été fortement perturbée au cours des derniers mois par les contraintes sanitaires liées à la pandémie de Covid-19, au niveau du commerce international, à cause des problèmes récurrents de gestion des terminaux. En production, les principales espèces font l’objet d’investissements significatifs, en nouvelles plantations, induisant une augmentation des récoltes à court ou moyen terme, avec émergence de variétés nouvelles.

Veuillez vous abonner pour lire la suite