Regard d’expert GMS : de l’hyper au super

0
315

Cession à un concurrent, voire fermeture pure et simple de certains magasins aux pertes récurrentes, réduction drastique de la surface de vente, souvent au profit de nouvelles cellules dans la galerie marchande, mais aussi transformation en « nouveau » point de vente plus petit et à dominante alimentaire clairement affirmée, la tendance aujourd’hui est plus au magasin à taille humaine qu’à l’usine à vendre d’antan.

Englos*, les gens ne veulent plus aller à l’hyper et, pour ne qu’ils ne se Faches* pas, inutile de tourner en Roncq* : il faut transformer les hypers ! Cette désaffection des HM au profit des SM est-elle une chance pour les F&L ? Examinons quelques-uns des avantages/inconvénients les plus criants résultant de cette transformation.

1 – La quote-part prépondérante accordée à l’alimentaire en général, aux produits frais en particulier, et plus encore à sa catégorie reine des F&L, induit un effet mécanique de « part de dépense ». Si le rayon présenté est à niveau, Madame Michu se laissera probablement davantage tenter par ces magnifiques cerises si Monsieur n’a pas subrepticement glissé dans le caddy le DVD du dernier « Fast & Furious versus Predator »…

Accédez à la suite en vous abonnant…