Regard d’expert GMS : les différentes stratégies de l’import

0
76

Pour ne pas perdre en largeur de gamme, qui génère aussi la tant recherchée consommation, l’import en fruits et légumes est légitime. Il existe pour la grande majorité des autres rayons et est un des fondements du commerce d’échanges moderne non autarcique.

Brocardé par les locavores, boudé par les chauvins et écarté par les soi-disant défenseurs du bilan carbone (très française, cette habitude d’avoir à défendre un bilan !), l’import demeure malgré tout, comme nous l’avons vu dans une précédente rubrique, un acteur incontournable et bien légitime de la filière F&L.

Pourtant, il serait réducteur de l’approcher au global, car il n’y a pas un mais des imports. Les approches des opérateurs sont très différentes selon qu’il s’agit d’un métier exercé depuis longtemps ou d’un simple opportunisme de l’instant. Ces différentes approches sont les marqueurs du niveau d’implication qu’on entend assumer dans la chaîne de valeur et de mise en consommation. Intéressons-nous donc aujourd’hui à ces différents types d’import, et au profil des sociétés qui l’opèrent.

Accédez à la suite en vous abonnant…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Faites un commentaire !
Entrez votre nom ici SVP

*

code