Quand le bio s’autodénigre !

    0
    99

    Le Synadis Bio vient de lancer une campagne de communication, s’appuyant sur une vidéo : « Pour certains, le bio c’est juste une étiquette. Pour nous c’est une éthique », destinée à appuyer son manifeste pour une bio engagée.

    Vous avez aimé les communications de FNE puis de Biocoop dénigrant le conventionnel en prenant notamment la pomme pour cible ? Et quand on parle de cible… la communication de Biocoop n’hésitait pas à comparer les fruits et légumes conventionnels à un tableau d’armes dans lequel un tueur à gages se servirait pour accomplir ses basses besognes ! Les producteurs conventionnels et leur production étaient donc assimilés à des personnes qui mettraient volontairement à mort leurs consommateurs. Si vous avez aimé ces dénonciations calomnieuses, alors vous allez adorer la toute récente communication du Synadis Bio, syndicat du commerce bio spécialisé, qui prolonge l’exercice en s’attaquant, dans une vidéo décapante, une fois de plus, à la production de pommes et en prolongeant l’exercice par un dénigrement en règle du commerce alimentaire pratiqué par les GMS : leur seul objectif, en proposant des produits bio, serait de s’offrir un greenwashing à bon compte et en même temps de gagner de l’argent en écrasant toujours davantage le fournisseur.

    Une fois de plus, les acteurs de la bio spécialisée ne mettent pas en avant leurs atouts, mais jouent sur l’émotionnel en dénigrant un circuit commercial qui progresse effectivement très fort sur le marché alimentaire bio et leur prend régulièrement des parts de marché. Le commerce bio spécialisé est sur la défensive, indéniablement, mais cela ne légitime en rien la persistance de pratiques de communication qui le desservent bien plus qu’elles ne le grandissent ! Selon une parabole plurimillénaire, il est plus facile de dénoncer la paille qui est dans l’œil de l’adversaire que de voir la poutre qui est dans son propre œil ! A trop pousser le trait, la dénonciation se retourne contre son promoteur. Manifestement, la conversion à la bio ne s’accompagne pas du renoncement à l’agressivité : on se veut plus respectueux de la nature, mais on ne respecte pas les hommes ! Non, la bio ne se valorise pas à travers ces turpitudes, car, en se comportant ainsi de manière réitérée, elle laisse suggérer qu’elle ne recule pas devant les basses besognes, ce qui jette d’un coup la suspicion sur ses valeurs et ses pratiques. Peut-on prétendre laver plus blanc et être porteur des plus hautes valeurs humanistes quand on persiste dans la calomnie, la dénonciation, l’absence de tout respect de l’autre ? Assurément non ! Notre société est aujourd’hui suffisamment clivée pour qu’il n’y ait pas besoin d’en rajouter. On aimerait que les promoteurs de la bio se fassent plutôt fédérateurs et rassembleurs, qu’ils se fassent exemplaires, cela les rendrait infiniment plus crédibles.

    Lien de la vidéo du Synadis Bio :
    https://youtu.be/UwaIfWJ9eoM

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Faites un commentaire !
    Entrez votre nom ici SVP

    *

    code