Les marqueurs moléculaires, technologie aux multiples perspectives

    0
    62

    Le projet Gocitrus, qui rassemble les principaux opérateurs de la planète agrumes espagnole, déploie les multiples applications permises par les marqueurs moléculaires. Près de 25 % des variétés de mandarines et 10 % de celles d’oranges seront concernées d’ici fin 2021.

    Le webinaire organisé en février dernier par les porteurs du projet Gocitrus a dressé l’inventaire des avantages de la technologie des marqueurs moléculaires appliquée au secteur de l’agrumiculture. Il s’agit d’identifier chaque variété par une séquence génétique qui lui est propre, le marqueur moléculaire, ce système d’identification étant élaboré à partir des données de la base génomique Citruseq. Le marqueur moléculaire permet, par conséquence, d’identifier sans risque d’erreur et de manière relativement simple, par un test PCR (la même technologie que pour l’identification du virus de la Covid-19) réalisé à partir d’une feuille ou d’un fruit, toute variété répertoriée dans la base. La variété Tang Gold d’Eurosemillas, commercialisée sous marque Tango Fruit®, a été l’une des premières mandarines à utiliser cette technologie. Les membres du projet Gocitrus annoncent d’ores et déjà que d’ici la fin de l’année 25 % des variétés de mandarines et 10 % de celles d’oranges, dont les plus commercialisées, disposeront d’un système de marqueur moléculaire.

    Au-delà de la finalité d’identification et de contrôle des variétés cultivées et commercialisées, les applications de la technologie des marqueurs moléculaires sont nombreuses. Les participants au projet Gocitrus ont évoqué le gain de temps lors de la sélection variétale, la possibilité de repérer des aptitudes génomiques ciblées, par exemple la résistance à certaines maladies ou stress hydrique, qui bénéficie à l’amélioration variétale.

    © DR

    Une autre application du projet Gocitrus est le développement d’une application digitale qui permet aux producteurs de sélectionner les meilleures combinaisons variétés/porte-greffe en fonction du calendrier de production souhaité, des données pédoclimatiques de la parcelle à planter et des aptitudes particulières recherchées pour le matériel végétal (résistances aux maladies, etc.). Cette « app », reliée à la collection de fiches variétales de l’IVIA (Institut valencien de recherche agricole), a été présentée en direct lors du webinaire, en version test.

    Le projet Gocitrus, cofinancé par le gouvernement espagnol et des fonds européens, rassemble les acteurs majeurs de l’agrumiculture. Les 5 groupes producteurs-exportateurs leaders, présents dans les trois régions agrumicoles de la péninsule, en sont membres : Anecoop S. Coop., Eurosemillas SA, et le GCM Citrus, groupe constitué de Cañamas Hermanos SA, Martinavarro SA, Vicente Giner SA et Hermesan Agricola SLU, qui vise à obtenir et développer de nouvelles variétés d’agrumes. Les instituts techniques de référence participent également au projet, l’IVIA donc, l’ICCSA (recherche agrumicole de Castellon), ainsi que des sociétés liées au développement variétal (source Citrus Genesis), à la technologie du végétal (Biovegen) ou encore la Fondation du groupe bancaire Cajamar. Les membres du projet soulignent d’ores et déjà que les avantages de cette technologie sont applicables aux autres espèces végétales, au-delà des agrumes.