L’envolée des achats de pommes de terre

    0
    94

    Durant la campagne 2019-2020, marqué par le coronavirus, les ménages français ont acheté bien plus de pommes de terre fraîches qu’à leur habitude : + 7,5 % en volume et + 5,7 % en valeur. Le confinement, bien sûr, a conduit à cette hausse significative afin de couvrir un nombre de repas plus important pris à domicile, pour l’ensemble du ménage et durant toute la semaine. À l’issue de cette période, le niveau des achats s’est normalisé, sans connaître de désaffection, d’autant que, dans les rayons les offres de saison, avec les primeurs, se sont étoffées et multipliées dès la mi-mai. Les produits conditionnés ont le plus profité de la crise sanitaire. Leurs achats en GMS ont progressé de + 9,5 % en un an en volume, alors qu’à l’inverse le vrac a perdu 6,6 %. Logiquement aussi, les conditionnements de moins de 1 kg ont reculé (- 2 %), tandis que les filets plus volumineux ont progressé (sachet de 1 à 2 kg : + 23,7 %, filet de 2,5 kg : 4,2 %, de 5 kg : 4,3 % et de plus de 5 kg : + 40 %).

    Le commerce en ligne a été largement plébiscité. Les quantités de pommes de terre achetées y ont progressé de 46,5 % sur la campagne. Ce circuit représente désormais 5 % des parts de marché, contre 4 % en 2018-2019. Le commerce de proximité, lui, même s’il a vu ses ventes croître de 14,1 % en volume, conserve une part de 6 %. Le phénomène est identique dans les EDMP (enseignes à dominante marques propres) qui avec + 7,9 % en volume restent à 16 % de part de marché, ou encore dans les supermarchés, + 9,2 % en volume, 19 % du marché. Ce sont finalement les hypermarchés, concentrant trop de monde au goût des clients, qui ont le moins bénéficié de cette crise. Les quantités achetées n’y ont progressé que de 3,2 %, pour une part de marché qui perd un point, à 37 %. « Les prix sont restés stables durant la campagne 2019-2020, même lors de l’envolée de la demande », souligne le CNIPT, l’interprofession. « Ils se sont établis en moyenne à 1,17 €/kg sur l’ensemble de la distribution et à 1,15 €/kg en GMS. »

    © Jürgen Fälchle