L’avenir et la pérennité de la filière en discussion à l’AG de l’Apfelso

    0
    528

    Comment retrouver de la compétitivité dans un contexte de transition agroécologique et de sobriété ? Telle était la question en débat lors de l’assemblée générale de l’Apfelso (Association des producteurs de fruits et légumes du Sud-Ouest), le 30 juin dernier à Agen.

    assemblée générale de Association des producteurs de fruits et légumes du Sud-Ouest
    François Lafitte, président de l’Apfelso (à gauche), André Graglia, directeur (à droite). © Apfelso

    C’est tout d’abord par le menu détail des principales actions menées en 2022 qu’a démarré cette assemblée générale d’une organisation au service de la filière des fruits et légumes du sud-ouest. L’Apfelso poursuit ses missions d’appui aux organisations de producteurs, visant à renforcer la structuration de filière : animation des commissions produits, veille réglementaire OCM et financements, aide et conseil à la conduite des programmes opérationnels notamment, ainsi que la conduite d’un programme de promotion des IGP et AOP au travers d’un programme EU multi-pays. L’Apfelso représente à date 39 OP adhérentes et leurs filiale, pesant 95 % de la production organisée (450 000 t et 650 M€ de CA) et 60 % de la production de fruits et légumes du Sud-Ouest.

    À ce bilan et le vote des résolutions à plus de 95 % s’est invitée l’actualité du moment pour la filière : l’annonce et désormais la déclinaison du plan de souveraineté pour les fruits et légumes (relire nos dernières actualités à ce sujet *).

    Laurent Grandin et Alexis Degouy, respectivement président et directeur général d’Interfel, en ont rappelé les objectifs, les étapes déjà réalisées, les moyens substantiels dédiés à la filière – 400 millions d’euros sur deux ans dès 2023, dont 100 millions pour financer l’acquisition d’agroéquipements – et le plan de mise en œuvre : réunions régulières de suivi du plan (notamment pour s’assurer de la concordance des fonds alloués par appels à projets vers les besoins exprimés de la filière), mobilisation des régions pour compléter les financements…

    Souveraineté : se recentrer sur l’essentiel

    Si la filière salue ce plan historique de soutien pour lui permettre de regagner en production et auto-approvisionnement, les représentants des OP présentes ont tenu à faire passer quelques messages, soulignant le hiatus palpable entre annonces et mise en œuvre concrète… « Des messages cruciaux pour l’avenir de nos exploitations et la pérennité de nos filières ont été transmis et entendus ! Ils contribueront à reformater certaines dispositions et modalités de ce plan de souveraineté des fruits et légumes pour une meilleure prise en compte de nos besoins premiers et essentiels d’investissements, et de l’urgence à très court terme sur nos solutions de protection », a résumé André Graglia, directeur de l’Apfelso.

    En d’autres termes : permettre d’abord aux vergers d’être rentables, pour pouvoir financer la transition agroécologique ou des innovations de rupture, et non l’inverse.

    « Il y a parfois un découragement des nouvelles générations fasse aux impasses liées aux surtranspositions phytosanitaires, l’augmentation continue des charges sans meilleure valorisation possible aux consommateurs », a encore souligné André Graglia. Et le président François Lafitte, dans son rapport moral, de constater à partir du dernier recensement agricole (RGA de 2020), « non sans un certain effarement, qu’en l’espace de dix ans, nous nous retrouvons avec + 66 % d’exploitations de 0,5 ha […], là où nous sommes globalement à -11 % sur les autres filières. Nous n’opposons pas les modèles, tous ont leur place, mais laisser croire que sur moins de 0,5 ha on peut gagner sa vie relève de l’imposture intellectuelle, de même que penser que le marché peut accepter durablement une suroffre structurelle de produits bio, dans un contexte où l’accessibilité prime désormais ».

    Dans cette trajectoire de la souveraineté alimentaire, soulignons toutefois une action collective concrétisée, à travers la création de Coo’Alliance, un outil régional mutualisé entre six OP/bureaux de vente pour approvisionner de façon durable la restauration collective.


    * Retrouvez nos dernières actualités du plan de souveraineté pour les fruits et légumes :

    • Déclinaison complexe du « plan de souveraineté fruits et légumes »

    • Choc de compétitivité et souveraineté alimentaire au menu de l’assemblée générale de Felcoop

    • Plan de souveraineté : 200 M€ annoncés en 2023

    assemblée générale de Association des producteurs de fruits et légumes du Sud-Ouest
    François Lafitte, André Graglia et Laurent Grandin, président d’Interfel (au micro). © Apfelso