La banane en danger

    0
    83

    « La situation est dramatique. La maladie de Panama menace la banane Cavendish. C’est la variété standard dans le monde entier et représente plus de 9 % du commerce mondial de la banane. Jusqu’à présent, le pathogène ne peut pas être traité et il continue de se propager », alerte Kai Wirtz, global crop manager fruit chez Bayer. Le champignon menace les plantations du monde entier. Si celles d’Asie et d’Afrique le connaissent depuis longtemps, les colombiennes ont été infestées pour la première fois en 2019… et l’Amérique latine, où les producteurs mondiaux les plus importants sont situés, risque d’être vite contaminée. Selon Kai Wirtz, si aucune solution n’est trouvée, la banane Cavendish risque de disparaître. De plus, « les moyens de subsistance de millions de personnes dans les pays producteurs de bananes sont menacés ».

    Ce champignon TR4 (Tropical race 4) attaque les bananiers par leurs racines, puis obstrue les canaux, ce qui bloque le transport des nutriments et de l’eau dans la plante. Elle noircit et ne produit plus de fruits. Il faut alors brûler les plantations. Mais les spores survivent dans le sol et sont facilement transmissibles, pendant les mois d’incubation où aucun signe de la maladie n’est visible. Les zones infestées ne permettent plus, ensuite, la culture de bananes.

    Scientifiques et chercheurs, dont Bayer, se sont alors réunis dans un consortium pour trouver une solution à ce problème majeur. Méthodes préventives, renforcement des racines, freinage de la propagation du champignon sont à l’ordre du jour. La sélection d’une nouvelle variété de banane est une autre solution. « Nous sommes optimistes quant à la possibilité de maîtriser le problème à long terme. Cependant, cela nécessite une alliance internationale de la filière de la banane, des gouvernements et des ONG, ainsi que des institutions de recherche de premier plan », précise Kai Wirtz.

    © Bayer