Une alimentation locale, durable et solidaire pour 2030

    0
    72

    Le Conseil régional d’Île-de-France a adopté début février, lors de sa séance plénière, son plan stratégique destiné à mieux nourrir sa population.

    Le « Plan régional pour une alimentation locale, durable et solidaire » du Conseil régional d’Île-de-France, début févier, détaille sa stratégie  pour l’alimentation de 12 millions de Franciliens en 2030. Il prévoit 2 000 nouveaux agriculteurs en dix ans, c’est-à-dire 200 par an dans la région d’ici 2030, grâce à une politique d’installation priorisant la reprise d’exploitations agricoles et aux aides à l’investissement mobilisées dans le cadre du programme de développement rural. Le plan envisage aussi qu’un quart des terres soient cultivées en bio en 2030. Et déjà une multiplication par 10 en trois ans des taux de conversion : dernière région en la matière en 2015, l’Île-de-France est passée au premier rang en 2018 et y est restée en 2019 et 2020 (passage de 221 à 447 exploitations).

    Un tiers des exploitations agricoles franciliennes seront diversifiées : par une hausse de 20 % en dix ans du nombre d’exploitations ayant un élevage en Île-de-France (440 aujourd’hui), dans le respect du bien-être animal. Il faudra aussi que les produits locaux franciliens atteignent une part de marché de 15 % dans l’alimentation des Franciliens, soit une multiplication par 5 en dix ans. Et l’agriculture préservera ses filières historiques : fruitière, maraîchère, vinicole et betteravière, tout en répondant aux besoins nouveaux (relocalisation de la production de protéines végétales, accompagnement de la filière apicole, etc.).

    © DR

    Une alimentation durable et bas carbone grâce à la proximité, l’innovation et les solutions logistiques, inscrite dans l’économie circulaire, c’est également l’ambition du plan « Île-de-France comestible » pour tous les Franciliens. En 2030, ils trouveront à vingt minutes de chez eux, en transport en commun, bicyclette ou à pied, une unité de production de denrées agricoles alimentaires : exploitations agricoles, zones maraîchères, vergers, élevages, jardins et potagers partagés, fermes urbaines, etc. Dans ce contexte, le soutien aux projets d’agriculture urbaine et périurbaine professionnels sera amplifié. Par ailleurs, la Région Île-de-France travaillera à un étiquetage volontaire du coût carbone pour les entreprises agroalimentaires franciliennes. Elle encouragera toutes les initiatives contre le gaspillage alimentaire : en facilitant le recours au vrac, à la consigne pour réemploi, le « reste à emporter » dans les lieux de consommation. Elle instituera la Semaine du manger local. Et elle distribuera des produits frais, locaux et de qualité aux plus démunis : 200 palettes, soit près de 80 tonnes, ont été distribuées à près de 14 000 familles pendant la crise de la Covid-19 en 2020. Ce partenariat perdure en 2021.

    Ce Plan régional pour une alimentation locale, durable et solidaire mobilisera près de 1 milliard d’euros d’ici 2030.