Dynamiser la formation en entreprise

    0
    120

    Le gouvernement manifeste son souhait de soutenir l’activité économique des entreprises en facilitant et déployant le recours à « l’activité partielle » (anciennement « chômage partiel »). Cette modalité bénéficie d’ores et déjà à plus de 3,6 millions de salariés en France et concerne plus de 337 000 entreprises. La mesure représente un coût majeur pour la société française.

    Bien évidemment, le confinement, responsable de cette situation d’activité économique massivement réduite, n’est pas une fin en soi et tout le monde mise sur un « déconfinement » sinon rapide, du moins prochain. Pour autant, le Premier ministre laisse se profiler un processus long, partiel et segmenté : l’activité partielle des entreprises risque de durer, bien au-delà de la levée du confinement. N’est-ce pas l’occasion pour les entreprises, de mettre à profit cette période, pour construire avec leurs collaborateurs et leurs représentants, des démarches de formation structurées, coconstruites et durables ?

    L’encadrement, qui plaide trop souvent le manque de temps et l’urgence des impératifs de la production que rien ne doit ralentir, aurait tout à gagner à se mobiliser sur cet outil de la gestion des ressources humaines en dynamisant le discours « formation » en son sein. Le ministère doit préparer les textes qui définiront les modalités pratiques de la faisabilité de former les salariés en période d’activité partielle. Dans l’attente de ces précisions, incitons les entreprises à s’y préparer en travaillant sur l’analyse de leurs futurs besoins en compétences et donc de solutions-formation.