Le jour d’après…

    0
    168

    L’épidémie de coronavirus et le confinement décrété pour tenter de l’endiguer ont plongé les Français dans une situation inédite. L’Obsoco a dressé un état des lieux.

    L’aspect le plus évident de cette situation de confinement, que nous vivons actuellement, réside dans les fortes restrictions apportées à la liberté de mouvement. Selon les résultats de l’enquête quantitative de l’Obsoco (Observatoire société et consommation), « Covid-19 le jour d’après »*, c’est plus de 82 % de la population, de 18 à 75 ans, qui se trouvent ainsi confinés. Seuls 30 % des actifs – soit 18 % des Français de 18 à 75 ans – continuent de se déplacer pour l’exercice de leur activité professionnelle. Un confinement plutôt bien accepté : 55 % des personnes interrogées considèrent les mesures de confinement adoptées par le gouvernement comme « appropriées » et 41 % les estiment même « insuffisantes ». Seuls 4 % les jugent « excessives ».

    Côté inquiétude, c’est un Français sur trois, directement ou indirectement, réellement ou de manière plus ou moins fantasmée, qui est confronté au coronavirus et pour lequel l’épidémie devient plus concrète, une réalité palpable.  Mais, plus que pour eux-mêmes (62 % des interrogés), les Français s’inquiètent pour leur entourage : 86 % déclarent s’inquiéter pour leurs proches, en particulier les personnes âgées ou dont ils savent la santé fragile. Face à des situations de crise, l’intensité du sentiment d’inquiétude dépend aussi de la confiance que l’on accorde aux dirigeants pour définir et mener à bien les actions qui s’imposent. Or rappelons que notre époque est marquée par une défiance massive à l’égard du politique. Dans ces conditions, l’exécutif pourrait considérer comme rassurant que 45 % des Français ayant participé à l’enquête évaluent positivement la gestion de l’épidémie par les autorités françaises. Mais seulement 5 % la considèrent comme « très bonne » et, surtout, 49 % l’estiment « mauvaise ».

    De plus, les Français craignent  les conséquences économiques et sociales à moyen et long terme du confinement et de l’arrêt de l’activité économique. Il faut savoir que 43 % des actifs ayant participé à l’enquête quantitative sont confinés à domicile sans activité professionnelle ! Pour la plupart se pose la question des conséquences de la perte de  revenus, qu’elle soit totale (les artisans, les commerçants, les restaurateurs, les étudiants salariés…) ou partielle (les salariés mis en chômage technique).

    Le système fautif ? Pour les Français interrogés, notre modèle de développement est en effet mis en cause. Ainsi, 85 % des Français interrogés se disent d’accord avec l’idée que « le coronavirus met en évidence les limites de notre système de développement ». Et, d’ores et déjà, 56 % se disent convaincus que, une fois la pandémie terminée, certaines de leurs habitudes vont changer.

    * Cette enquête a été réalisée en ligne par l’Obsoso sur le panel Respondi du 18 au 25 mars 2020, sur un échantillon de 4 000 personnes représentatif de la population de France métropolitaine âgée de 18 à 75 ans.