Regard d’expert commerce international : melons et pastèques

0
713

L’évolution des productions de ces espèces sera davantage liée aux politiques de gestion de l’eau en agriculture dans l’ensemble des pays producteurs.

L’évolution des productions des principaux pays exportateurs de melons et pastèques est particulièrement conditionnée par les disponibilités et conditions d’utilisation de l’eau en agriculture. Certains pays ont d’ores et déjà pris des mesures de limitation, voire d’interdiction d’emblavement de ces espèces en raison de la problématique hydrique dans certaines régions. C’est le cas en Espagne et au Maroc, les deux principaux fournisseurs en melons et pastèques des marchés européens, français en particulier.

Les mesures sur l’utilisation parcimonieuse de l’eau en production végétale s’imposeront également dans l’ensemble des pays producteurs de fruits et légumes. Elles ne manqueront pas de modifier à court terme le potentiel et la structure des offres internationales des filières produits. La prise de conscience d’adopter rapidement et concrètement des comportements correctifs (relocalisation de cultures au regard des disponibilités hydriques, amélioration des systèmes d’irrigation, construction de bassines, voir d’unités de dessalement d’eau de mer…) permettront aux plus réactifs de « rester dans la course ».

Pour lire la suite, merci de vous connecter ci-dessous ou de vous abonner.