Le Cerafel prépare les transitions

    0
    101

    À l’occasion de son assemblée générale le 20 juin à Paimpol, le collectif breton a rappelé ses missions prioritaires, dont l’anticipation des transitions énergétiques, le développement de ses volumes et la garantie d’un revenu à ses producteurs.

    Marc Kerangueven, président de l’AOP Cerafel. © DR

    2023 a été une année très positive en matière de chiffre d’affaires (+9 %), malgré des événements majeurs, dont la tempête Ciaran, qui a occasionné des pertes estimées à date à -15 % en chou-fleur et contraint de rebâtir de nombreux outils en culture sous abris, occasionnant des pertes de produits. Donc l’an passé a été marqué par une légère baisse de volumétrie, avec 609 000 tonnes de légumes et plants de pomme de terre, liée à des diminutions de surfaces pour certains légumes (chou-fleur, pommes de terre et haricots) et de rendements pour d’autres (chou-fleur, tomate, échalote).

    Le Cerafel met en place pour ses adhérents les politiques et outils de transitions afin de continuer chaque jour à anticiper et à s’adapter aux demandes et besoins des consommateurs : nouveaux modes de mises en marché et de distribution, innovations produits et services, création variétale, expérimentation, cahiers des charges et certifications, nouvelles règlementations…

    Une responsable coordinatrice énergie

    À ce titre, l’AOP a créé un poste de responsable coordinatrice énergie pour prévoir les contraintes de demain et accompagner collectivement les producteurs. En parallèle, et toujours pour pérenniser la production de fruits et légumes, horticoles et de plants en Bretagne, le Cerafel développe 3 axes stratégiques prioritaires : le développement des volumes, la rémunération des producteurs et l’installation et transmission. « Pérenniser la production passe par le revenu des producteurs et la compétitivité », a affirmé Marc Kerangueven, président de l’AOP Cerafel.

    Si la vente au cadran reste encore la pratique commerciale privilégiée, la vente sous contrats et aux marques de distributeurs progresse significativement. Cette évolution nécessaire a pour but d’optimiser au mieux les revenus des maraîchers. Ainsi, la contractualisation de 30 % de la volumétrie annuelle assure un prix fixe pour une filière du frais soumise aux aléas climatiques et donc à la fluctuation des coûts. De plus, les contrats tripartites, entre le Cerafel et le client final en y intégrant l’expéditeur, sont expérimentés depuis octobre 2023 en chou-fleur.