La Hollande, l’autre pays du péage

    0
    574
    p
    © photo Xdr

    Barrière de péage de Vienne. L’attelage break Volvo + caravane 8-10 places + porte-vélos + coffre avec 3 semaines de conserves, immatriculé en Hollande, est plus long que la décapotable du loup de Tex Avery. Pour ne pas accrocher les rétroviseurs, la conductrice s’est engagée trop loin de la borne de paiement et n’arrive pas à y insérer son ticket. Elle détache sa ceinture, tend le bras au maximum, puis passe la tête par la fenêtre, essaye davantage mais ça n’est plus possible après trois enfants. Comme ça n’est toujours pas suffisant, elle essaye d’ouvrir la portière mais accroche le bas qui bute sur le plot en ciment. Finalement, au risque de se désarticuler le bras, son mari la poussant par derrière, elle arrive à glisser le ticket et veut enfin régler. Mais attention, pas comme tout le monde avec sa carte bancaire. Soit elle essaye de rentrer un billet qui se tortille vicieusement dans le vent pour que la machine lui recrache un paquet incroyable de monnaie qu’elle récupère minutieusement pièce par pièce, soit elle met directement des pièces qu’elle a religieusement conservées depuis l’été dernier – le hollandais a inventé l’économie – en s’insurgeant contre le fait que les plus petites ne sont pas acceptées par la machine… Derrière, l’estivant dans le sens des retours, toujours gentleman, ne décolle pas le poing de son klaxon et fait preuve d’une imagination surprenante pour la variété des quolibets dont il abreuve copieusement la dame. Il en profite pour se venger sur ce pauvre représentant de toute la communauté des bataves qui se collent par grappes sur la file de gauche de l’autoroute à 110km/h précis pour faire des économies de carburant, refusent obstinément de se rabattre pour laisser passer les autres et font des appels de phare outrés quand on finit, excédés, par les dépasser par la droite… Finalement, le convoi finit par s’ébranler après, bien sûr, que la dame ait soigneusement rangé son reçu dans le portefeuille (avec les autres et dans l’ordre chronologique SVP) et inscrit date et montant dans le petit carnet “Budget vacances 2015”. Il était temps car certains conducteurs de la file, plus parisiens dans l’expression de leurs sentiments, commencent à descendre de voiture avec toute sorte d’ustensiles – cric, chaussure, thermos, magazine roulé bien serré – à la main, histoire d’aller disserter au plus près avec la dame sur les accords de libre circulation de Schengen…