Élections présidentielles : les propositions d’Interfel

    0
    461

    Lors d’une conférence de presse organisée au Salon de l’agriculture, Interfel a rappelé les cinq enjeux prioritaires pour la filière fruits et légumes, après avoir présenté les résultats de la dernière étude réalisée par l’Ifop en janvier 2022.

    Jérôme Fourquet, directeur du département opinion à l’Ifop, a dévoilé les résultats de l’enquête exclusive réalisée en début d’année auprès de 1 000 consommateurs français. Tout d’abord, l’enquête a relevé une montée en puissance de la végétalisation des régimes alimentaires, plus marquée chez les femmes (58 %) et chez les jeunes de moins de 35 ans (60 %). Parmi les raisons invoquées, la sensibilité environnementale, mais aussi des enjeux de santé publique avec la prévention des maladies. « Près de 30 % de la population est déjà flexitarienne, notamment dans les jeunes générations, dont 2 à 3 % de végétariens », a précisé Jérôme Fourquet.

    Tandis que 79 % des Français jugent important de manger cinq fruits et légumes par jour conformément aux recommandations, 79 % aimeraient, « dans l’idéal », en consommer davantage qu’aujourd’hui et 48 % pensent que ce n’est pas facile, en premier lieu pour des raisons de pouvoir d’achat. En effet, 41 % des Français affirment ne pas avoir les moyens de consommer tous les fruits et légumes qu’ils le souhaitent (53 % pour les catégories modestes et 60 % pour les catégories pauvres). Les trois premiers drivers d’achat sont le prix, la saisonnalité et l’origine France. Plus des deux tiers des personnes interrogées estiment que les autorités publiques n’agissent pas suffisamment pour favoriser la consommation de fruits et légumes, notamment en matière d’accessibilité et de prix, et pensent que cela devrait être une priorité de la politique d’alimentation pour le prochain quinquennat. En réponse aux propositions formulées par l’Ifop, 92 % des personnes interrogées se disent favorables à une baisse de la TVA sur les fruits et légumes, ce qui en fait une mesure phare retenue par Interfel. Une large majorité (84 %) plébiscite également la mise en place de cours de cuisine à l’école.

    © Interfel – Ifop

    Laurent Grandin, président d’Interfel, a ensuite insisté sur l’importance d’encourager la consommation de fruits et légumes frais et de la rendre accessible à tous, pour garantir une alimentation saine et de qualité. « C’est un investissement pour aller contre la prévalence de l’obésité. » Interfel milite pour la mise en place d’un plan fruits et légumes, au même titre que le plan protéines déjà décidé par le gouvernement, pour accompagner la plantation de vergers, la mécanisation et le développement d’espèces adaptées au changement climatique. Dans le contexte actuel, « nous sommes à la limite non pas de la souveraineté alimentaire, mais de la sécurité alimentaire. L’État doit veiller à l’accessibilité des fruits et légumes et accompagner la filière, sinon nous allons nourrir de mieux en mieux de moins en moins de personnes. C’est un vrai enjeu du prochain quinquennat », a alerté Laurent Grandin, avant de rappeler les cinq priorités mises en avant par l’interprofession : décider d’un véritable plan d’urgence dédié au développement de la filière, asseoir sa compétitivité et l’accessibilité aux fruits et légumes, soutenir la consommation par une meilleure information et améliorer l’attractivité de la filière.

    Jérome Fourquet et Laurent Grandin présentent les actions attendues par les Français pour favoriser la consommation de fruits et légumes. © végétable

    Les principaux résultats de l’enquête IFOP sont disponibles ici : https://www.interfel.com/wp-content/uploads/2022/03/infographie-consomation-fruits-legumes-des-francais.pdf

    Le détail des propositions d’Interfel pour la présidentielle est téléchargeable ici : https://www.interfel.com/wp-content/uploads/2022/03/depliant-interfel-5-enjeux-filiere-et-propositions.pdf