Donner de la valeur au service du e-commerce

    0
    851

    végétable a consacré sa 3e webinale de 2021 au e-commerce, réunissant une soixantaine de participants en ligne le 6 décembre.

    La webinale, préparée par Marc-Henri Blarel, consultant spécialiste du marketing en fruits et légumes, et animée par Florence Rabut, journaliste de végétable, a été l’occasion de faire un point d’étape sur la digitalisation des courses alimentaires, boostée par bientôt deux ans de crise Covid. Car si le rayon fruits et légumes est le nerf de la guerre pour garantir l’attractivité d’un magasin, il en va de même pour un site de e-commerce.

    Rappelons que le e-commerce regroupe différents formats de vente que sont la vente « drive », c’est-à-dire à emporter soit en voiture, soit en piéton, et la LAD (livraison à domicile), catégorie dans laquelle sont également proposés des abonnements et le quick-commerce. S’ajoute à ces deux principaux formats la vente en ligne livrée en relais (casiers et points de retraits), qui se développe également.

    Bien que les consommateurs restent attachés au rayon fruits et légumes frais « physique » en magasin, un grand nombre de clients digitaux captés à l’occasion de confinements successifs sont restés fidèles à l’une ou plusieurs de ces nouvelles alternatives proposées. « Avec 37 % de taux de pénétration pour le drive, les voyants du e-commerce sont au vert, puisqu’à la fois le panier moyen et la fréquence d’achat sont en hausse », a exposé Marc-Henri Blarel. Ce qu’ont confirmé les témoignages des deux acteurs du e-commerce qu’il a interviewés. Selon Aurélien Pouzin, directeur général des CoursesU.com de Lyon, la progression du drive est conditionnée à une offre large (équivalente au magasin, avec pour CoursesU.com, 140 références en fruits et légumes frais, dont 50 % en vrac à poids variable), tout en maintenant un excellent taux de service. De son côté, Romain Vollmar, responsable des achats alimentaires pour Frichti, supermarché en ligne proposant des livraisons à vélo ou scooter électrique, a insisté sur la nécessité d’être agile pour s’adapter aux attentes des consommateurs et citoyens. Outre la création d’une communauté de consommateurs, Frichti propose régulièrement des vidéos de recettes rapides diffusées via des influenceurs web, qui permettent de pousser significativement les ventes.

    En deuxième partie de webinale, Marc-Henri Blarel a présenté plus en détail son investigation sur les sites des différentes enseignes, citant des exemples de valeur ajoutée, comme la possibilité de consulter la note des produits, mais aussi les points « irritants » relevés pouvant décevoir certains consommateurs, notamment le décalage qui existe fréquemment entre le visuel présenté à l’écran et la réalité du produit. Cette partie de la webinale a permis de réfléchir à la manière dont les fournisseurs peuvent tirer parti de ces nouveaux circuits de distribution. Cela implique de bien connaître ces clients et de savoir communiquer efficacement avec eux, et de façon coordonnée entre le producteur et le distributeur.

    Le replay du webinaire ainsi que les présentations détaillées sont disponibles à l’achat dans la boutique en ligne :

    Pour les abonnés : connectez-vous avec vos identifiants pour obtenir le «PACKAGE WEBINALE E-COMMERCE MODE D’EMPLOI» au tarif spécial abonné.