Cancel Fruits et Rouquette s’unissent dans un projet kiwi

    0
    314

    La reprise de l’activité kiwi de Rouquette par Cancel Fruits va redessiner les cartes dans une région de production où se côtoient des leaders.

    L’annonce s’est officialisée mi-novembre, mais c’est depuis le 1er juin que Cancel Fruits (Castelsarrasin, Tarn-et-Garonne) a scellé avec Rouquette (Aiguillon, Lot-et-Garonne) la reprise de son activité kiwi. Après la prune, dont elle est leader français, Cancel Fruits ne cache pas son ambition de poursuivre son développement en kiwi, deuxième produit de l’entreprise, dans la même vision d’innovation variétale et de service client qui l’anime. « Ce rapprochement nous permet d’offrir à nos clients une gamme complète, en intégrant les 6 000 t de Rouquette. Le SummerkiwiTM précoce, le kiwi rouge et jaune avec Dori® vont monter en production », précisait Maxime Gil, directeur général de Cancel Fruits début octobre (voir également l’article kiwi à paraître dans notre magazine de décembre). L’offre de Hayward vert sera elle-même élargie, en plus d’être segmentée (HVE, Bio, Bee Friendly®…).

    Le nouveau groupe est constitué de 200 producteurs situés en majeure partie dans le Val-de-Garonne, pour un volume qui avoisinera les 12 000 t, et jusqu’à 16 000 t dès la saison qui démarre en comptant l’import de fin de saison. L’ambition est aussi d’accompagner ces producteurs en apportant un suivi technique régulier, pour homogénéiser la qualité produit et permettre la réussite agronomique des plantations existantes mais également de nouveaux projets ambitieux. Le groupe prévoit en effet de déployer 300 ha de plantations nouvelles dans les cinq années à venir, en vert, jaune et rouge. En matière d’organisation, ce « projet kiwi » sera structuré autour de l’équipe dirigeante et commerciale de Cancel Fruits, et accompagné sur la partie « amont » de relation aux producteurs et de conditionnement par l’expérience de Bruno et Laurent Rouquette.

    Alexandre Cancel (président), Bruno Rouquette (relation producteurs et gestion du conditionnement) et Maxime Gil (directeur général). © Inigo Brothers