Une récolte européenne d’abricots exceptionnellement faible

    0
    113

    Douceur hivernale, gel de printemps, alternance physiologique… la récolte européenne d’abricots est estimée à environ 400 000 t, soit – 37 % par rapport à l’année dernière.

    « Toutes les régions de production d’abricot européennes affichent un déficit, cette année », souligne Éric Hostalnou, en synthèse de la présentation d’Europêch’2020*, réalisée cette année par visioconférence, à défaut d’avoir pu se tenir au sein du Medfel (annulé à cause de l’épidémie de Covid-19). Et ce manque de récolte s’explique sensiblement par les mêmes causes partout, un cocktail où le manque de froid hivernal a perturbé la floraison et la nouaison et les épisodes de gel de fin mars et début avril ont particulièrement frappé le nord de l’Italie, la Catalogne, et certains secteurs français, tandis que l’alternance physiologique a joué également son rôle après des récoltes élevées l’année dernière.

    L’Italie est le pays dont le déficit est le plus marqué, avec – 41 % par rapport à la moyenne 2014-2018.  Il apparaît d’autant plus spectaculaire que les 136 000 t attendues cette année succèdent à la récolte record de l’année passée. « La campagne 2019 a permis une récolte totale de 307 000 t, du jamais vu. Mais attention, 40 % de ce volume total a été orienté vers l’industrie, contre seulement 22 % en année normale », précise Laura Stocchi, du CSO Italy. C’est la région Emilie-Romagne qui accuse les plus lourdes pertes, avec seulement 11 000 t attendues cette année contre 107 000 t récoltées en 2019. Le sud de la péninsule, moins affecté par le gel, prévoit 111 000 t, contre 170 000 t en 2019. Le verger italien se stabilise après des années d’augmentation, avec 21 000 ha en production. La France, elle, annonce une récolte de 93 500 t, soit – 29 % par rapport à l’année dernière, et – 34 % par rapport à la moyenne 2014-2018. Ce volume se répartit entre 50 000 t en Rhône-Alpes, 31 000 t en Languedoc-Roussillon et 12 500 t en région sud. Les premiers abricots sont attendus pour le 20 mai et le déficit concerne particulièrement le créneau précoce. « Le verger français est plutôt stable et se renouvelle faiblement, avec un taux de 2,5 %, contre 8 % en pêche-nectarine », commente Bruno Darnaud, président de l’AOP Pêches et abricots de France. Après plusieurs saisons économiques très compliquées, les arboriculteurs sont dans l’attente. « Il y a notamment de vrais questionnements sur l’adaptation des variétés au manque de froid », ajoute Eric Hostalnou. Quant à l’Espagne, elle estime sa récolte à 93 700 t, également en deçà de son potentiel (- 23 % par rapport à la moyenne 2014-2018). La région de Murcie, principale productrice, attend 45 000 t, un volume en baisse pour la seconde année consécutive, expliqué essentiellement par le manque de froid hivernal. Le déficit concernera particulièrement les variétés récoltées à partir de mi-mai. La campagne a commencé, avec des abricots au taux de sucre inférieur à l’excellent niveau récolté en 2019, mais un marché fluide. Enfin, la Grèce est le pays qui a subi le moins de pertes cette année, avec une prévision estimée à 78 500 t, soit – 13 % par rapport à l’an passé, mais + 23 % par rapport à la moyenne 2014-2018. De fait, le verger grec est en développement et de nouvelles surfaces entrent en production cette année.

    Au final, la campagne 2020 pourrait promettre des cours soutenus et un marché fluide, amorcé par un démarrage jugé porteur par les Espagnols du Sud, qui soulignent la bonne demande européenne et observent des frigos sans stock chez leurs exportateurs. Mais les contraintes et interrogations amenées par la crise sanitaire du Covid-19 imposent la prudence. Seule certitude, « le coût de production sera plus élevé dans tous les pays et on devra l’amortir sur peu de volume », insiste Bruno Darnaud. « Et, attention, la saison des orages de grêle ne fait que commencer ! » CP

    * Le rapport Europêch’2020 revient de manière détaillée sur la campagne passée et les prévisions 2020. Il est téléchargeable ici.

    © Xavier Remongin