Système U  : un contrat avec les producteurs de Normandie

    0
    1607

    Avec 50 % de ses magasins implantés dans des communes de moins de 5 000 habitants, Système U revendique son attachement fort aux territoires et se veut être une vitrine des savoir-faire régionaux.

    « Face à une tendance très forte du e-commerce, nous croyons toujours au magasin physique comme lieu de lien social », a déclaré Dominique Schelcher, président de Système U, lors d’une table ronde organisée par Agridemain sur son stand du dernier Salon international de l’agriculture. « Nous souhaitons accompagner les filières agricoles, sur le long terme, en valorisant les produits de nos partenaires et les démarches agroécologiques qu’ils mettent en place sur leurs exploitations. » Cette stratégie se décline ensuite en régions pour différentes familles de produits.

    À titre d’illustration, cet engagement s’est concrétisé par la signature sur le stand de la région Normandie de contrats tripartites avec les producteurs de carottes, de céréales et d’huîtres. « Des produits qui viendront alimenter la gamme à notre marque, et pas rajouter de la segmentation. L’objectif est de tirer la production vers le haut », a déclaré le président de Système U.

    « Le contrat prévoit, d’une part, un engagement de volumes, sur une durée minimale de cinq ans pour le distributeur, en contrepartie de quoi, les producteurs doivent suivre un plan de progrès coconstruit autour de critères agroécologiques propres à chaque espèce », expose Jeff Mahintach, directeur filière fruits et légumes chez Système U. « Ce contrat est basé sur une totale transparence dans le détail des coûts, ainsi la part liée au coût de la matière première agricole est un socle variable, mais non négociable. Nous nous engageons à suivre les cours du marché », poursuit Jeff Mahintach. « En magasin, cela peut se traduire par une communication auprès des consommateurs sur les murs d’engagements, mais aussi sur les prospectus. »

    Différents contrats de filières ont déjà été engagés avec des producteurs de carottes dans d’autres bassins de productions, mais aussi avec la filière pruneau, par exemple. « C’est le résultat d’un relationnel préexistant entre nous, mais surtout d’une réelle volonté du producteur. »

    © végétable