Réussir individuellement, tous ensemble !

    0
    240

    La coopérative fruitière drômoise Lorifruit a fêté ses 70 ans le 20 septembre en présence du ministre de l’Agriculture, en mettant en avant les forces de la coopération, des alliances et de l’innovation.

    Didier Guillaume a rebondi sur les propos de Katia Sabatier-Jeune. © Lorifruit

    Les mots de coopération prononcés par Katia Sabatier-Jeune, présidente de Lorifruit, lors de son allocution méritent d’être repris, tant ces valeurs fondatrices voici 70 ans restent au cœur du projet d’entreprise : « Une structure qui a pour objet de réceptionner, stocker, conditionner et expédier les produits de ses adhérents, associés en hommes (et femmes) et non en capitaux seulement. Il faut vite ajouter à cette définition l’engagement si ce n’est de tous, de la majorité de ses exploitants et exploitantes afin d’en définir la stratégie, son rôle et sa place sur les marchés. Etre administrateur de coopérative n’est pas un métier, c’est un mandat donné par ses collègues associés coopérateurs afin de veiller tant à la bonne marche de « notre » structure qu’au respect de ses fondamentaux. Cela peut se traduire par cette formule : être maître de son destin. Voilà que a été et est encore aujourd’hui l’esprit qui anime les dirigeants de Lorifruit. » Didier Guillaume a rebondi sur ces propos en réaffirmant son attachement à la coopération, de par ses valeurs humaines, son agilité, son attachement au territoire également. Mais aussi à la complémentarité et l’efficience du duo directeur/président. De l’agilité, il en a fallu pour passer d’un frigo dédié au stockage de la poire à une structure désormais très orientée sur les fruits à  noyau, pêches, nectarines, abricot, mais aussi kiwi. Avec dans tous les cas, outre un engagement fort dans les signes de qualité, des démarches très segmentantes dans le cadre de l’innovation et de la différenciation variétale : pêche de vigne, Nectavigne®, pêche plate, Summerkiwi®, kiwi Dori®… Conscients des limites de la taille de leur structure, les dirigeants de Lorifruit se sont résolument engagés, dans les années 90, dans une stratégie d’alliance commerciale scellée au sein du bureau commercial Fruits Union qui, outre quelques vergers indépendants, associe aujourd’hui Lorifruit et Teranéo dans le Roussillon. Quant au kiwi, il est commercialisé par Primland, bureau commercial de l’AKF (Association des kiwiculteurs de France) sous la marque Oscar. « Proposer à taille industrielle tout en produisant à taille humaine, c’est aussi et surtout cela la coopération », continue Katia Sabatier-Jeune. L’engagement dans la coopération et l’innovation s’illustre aussi dans la participation à AC Fruit, société associant quelques opérateurs de la production fruitière et un éditeur, Star Fruits pour la création de variétés fruitières. « De cette aventure qui débuta il y a soixante-dix ans, jusqu’à aujourd’hui, tout a bien changé : le siècle, la monnaie, notre communauté européenne et notre vision de l’agriculture en son sein. Les maîtres mots pour pouvoir durer comme nous l’avons fait jusqu’à présent sont l’adaptation, la faculté d’ouverture et, bien sûr, l’esprit d’équipe, la volonté commune de réussir individuellement mais tous ensemble », souligne Katia Sabatier-Jeune.

    © Lorifruit

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Faites un commentaire !
    Entrez votre nom ici SVP

    *

    code