Contrastes et paradoxes des prévisions 2023 de récolte européennes en pêche-nectarine

    0
    721

    La campagne de fruits à noyau qui démarre est marquée par l’incertitude. Que ce soit par excès deau en Italie ou par manque en Catalogne, la situation est alarmante pour les vergers de pêchers.

    cueillette de pêches chez Réart Vallée
    © Réart Vallée

    Officiellement dévoilées le 23 mai, les prévisions de récolte 2023 en pêche et nectarine s’annoncent globalement en léger recul au niveau européen. Et elles pourraient être encore revues à la baisse prochainement, compte tenu des événements climatiques en cours.

    • Il faudra attendre la décrue pour évaluer les dégâts suite aux inondations exceptionnelles qui ont touché la Romagne, au nord de l’Italie les 17 et 18 mai. Cette région, déjà touchée par des gelées importantes, verra son potentiel – notamment en nectarine – fortement impacté, tandis que les régions plus au sud de l’Italie s’attendent au contraire à une bonne production cette année. A la mi-mai, le potentiel de récolte total pour l’Italie était estimé à 869 000 tonnes.
    • En Espagne, la situation est tout aussi contrastée. Après une année 2022 très déficitaire, la production dans le nord de l’Espagne devrait retrouver son plein potentiel en 2023, grâce à une bonne floraison puis une nouaison correcte, sans épisode de gel printanier. Mais la sécheresse intense fait planer une grande incertitude sur le potentiel de récolte catalan. Paradoxalement, le Nord semble plus vulnérable à la sécheresse que le Sud, équipé de systèmes d’irrigation très performants. « Il manque de l’eau dans les réservoirs qui nous servent à irriguer en été. En fonction de la pluviométrie et des décisions administratives, il nous est très compliqué d’évaluer les volumes et la qualité de notre récolte », insiste Manel Simon, directeur d’Afrucat. Des restrictions drastiques d’irrigation sont déjà annoncées.
      À ce jour, la prévision de récolte espagnole atteint 1 256 000 tonnes. Au-delà des prévisions de volume, les difficultés à recruter du personnel et la forte augmentation des coûts de production inquiètent les professionnels de la filière. Les dernières campagnes ont déjà fragilisé les coopératives et stations fruitières qui n’ont pas pu rentabiliser leurs outils, faute de volumes. Les assurances récoltes ont permis d’indemniser les exploitations pour les épisodes de gel de 2022, mais « elles ne couvriront pas les pertes liées à la pénurie en eau pour les cultures irriguées. Dans la zone d’Urgell, on pourrait perdre 100 % des fruits à noyau en fonction des restrictions administratives », a expliqué Manel Simon.
    • En Grèce, le potentiel sera un peu plus faible en pêche et nectarine (-5 %), avec 334 000 tonnes, pavie exclue. La baisse sera plus marquée en pêche, du fait de l’arrachage de vergers moins rentables, remplacés par de la nectarine, mais aussi des kiwi, cerise et abricot.
    • La France se réjouit d’une belle mise à fruit qui laisse entrevoir une bonne saison, avec des volumes équivalents à 2022 (231 000 tonnes en 2023, avec une progression de la nectarine qui atteint désormais le même potentiel que la pêche). « Malgré un léger retard, tous les voyants sont au vert, le potentiel est présent », a confirmé Bruno Darnaud, président de l’AOP Pêches et Abricots de France. Toutefois, ces prévisions sont suspendues à la pluviométrie, particulièrement dans le Roussillon, et aux événements climatiques toujours plus imprévisibles.
      « On espère encore quelques pluies, mais cela ne réglera pas le problème de fond. On va surveiller de près l’évolution climatique, mais aussi les calibres et le potentiel de volumes, si certains vergers ne peuvent pas aller jusqu’au bout de la saison faute d’irrigation. ». En 2022 la météo ensoleillée avait permis de stimuler la consommation. Mais dans un contexte de baisse du pouvoir d’achat, comment se comportera le consommateur ? Cette inconnue s’ajoute à l’incertitude sur les calibres et la qualité des fruits.

    NB : Une actualisation de ces prévisions est prévue mi-juin, qui tiendra compte de l’impact des derniers événements climatiques.

    Pêches rondes  
     ProductionPrévisions 
     20222023Variation 2023/2022
    Italie438 190 t422 602 -4 %
    Grèce209 000 t194 370 -7 %
    Espagne233 023 t299 449 29 %
    France116 267 t113 550 -2 %
    Total996 480 t1 029 9713 %
    Pêches plates    
     ProductionPrévisions 
     20222023Variation 2023/2022
    Espagne212 077 t335 929 t 58 %

    À ce jour, seule l’Espagne identifie les pêches plates. Pour les autres pays, les volumes sont très faibles et intégrés aux pêches rondes.

    Nectarines  
     ProductionPrévisions 
     20222023Variation 2023/2022
    Italie505 464 t446 595 t-12 %
    Grèce144 300 t139 970 t-3 %
    Espagne380 063 t621 146 t63 %
    France109 775 t113 980 t4 %
    Total1 139 602 t1 321 691 t16 %
    Prévisions de pêches par régions en France en 2023
    évolution de la production de pêches en Europe
    Prévisions de pêches par régions en Espagne en 2023