4e gamme : revalorisation urgente demandée

    0
    339

    L’accélération des phénomènes météo imprévisibles met en péril la pérennité des activités maraîchères en France et le conflit en Ukraine accentue de façon considérable la hausse des coûts, tant au niveau agricole qu’industriel… Par conséquent, le SVFPE (Syndicat des fabricants de produits végétaux frais prêts à l’emploi) a alerté la distribution et la restauration des graves difficultés de la filière face à la hausse vertigineuse et généralisée des coûts de production.

    Le nombre de producteurs maraîchers a déjà baissé de 10 % et les surfaces cultivées à destination de la filière ont été réduites de 4,5 % entre 2019 et 2020. Sans revalorisation à très court terme, les maraîchers français se retrouveront face à de grandes difficultés économiques dans les prochains mois quand d’autres n’auront d’autres choix que d’abandonner leur activité, entraînant des risques de rupture. C’est pourquoi, dans la lignée de la charte signée le 31 mars sous l’égide du gouvernement, le SVFPE demande à l’ensemble de la distribution et de la restauration de répondre à la demande des entreprises d’activer les clauses d’indexation quelles que soient leurs échéances, de rouvrir les négociations y compris lorsque les critères des clauses de révision automatique et de renégociation ne sont pas remplis, et de prendre en compte les demandes de hausses de coûts sur les marques de distributeurs et les produits destinés à la restauration commerciale et collective.

    Déjà, fin 2021, les maraîchers de la filière française appelaient tous les acteurs de la chaîne à revaloriser leur travail pour assurer leur survie, dans un contexte inflationniste marqué par l’augmentation des coûts de production : des intrants agricoles, de l’énergie, des emballages, des transports… ainsi que de la main d’œuvre, avec les difficultés liées au manque de personnel. Et, aujourd’hui, la filière entre dans une deuxième vague inflationniste sévère, avec la nouvelle envolée des prix sur toutes les composantes des coûts de production, tant au niveau agricole qu’industriel.

    © bluesky6867