30 la suite, 50 le retour

©Photo Xdr

Plus moyen aujourd’hui d’acheter un livre sans qu’il ne soit ceint d’un bandeau plus racoleur que la bande annonce du prochain lynchage télévisé d’Elise.

Nombre de lecteurs à date (Mein Kampf et les tomes 4 et 5 de Millenium sont pourtant là pour nous rappeler qu’il n’est pas forcément gage de qualité), recommandé par chaque pisse-copie formaté pour le genre dans lequel il sévit, vantant les mérites d’un confrère reconnaissant et qui lui rendra la pareille, annonce de la nouvelle Camilla Lackberg pour chaque débutante esquimaude et son incontournable duo de flics brisés par la vie, prix en tous genres ayant perdu leur semblant de crédibilité depuis qu’on a donné le Nobel à Kevin, pardon à Dylan, citation façon dernière phrase coup de cymbale d’un chapitre de page turner, tous ces fardages grossiers inspirent autant confiance qu’une écharpe de maire de LREM ou une robe réversible d’avocat corse. En plus, ces bandeaux sont presque toujours rouges, quand les fêtes de Bayonne et le génocide khmer sont là aussi pour nous rappeler que ledit bandeau rouge est rarement synonyme de culture, de raffinement et de modération…
De grâce, évitez-nous ces jarretelles en papier grossier et laissez-nous nous débrouiller avec la bonne vieille 4e de couv.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *