Une campagne pêche et nectarine sous de meilleurs auspices

    0
    88

    Les prévisions européennes de campagne pêche-nectarine, dévoilées le 21 mai en visio dans « Les mardis du Medfel », sont plutôt confiantes, en légère hausse par rapport à l’année précédente.

    En l’absence d’aléa climatique majeur cette année, la production globale de pêches et de nectarines en Europe devrait s’établir autour de 2,7 millions de tonnes, soit une hausse de 5 % par rapport à 2023 et de 10 % par rapport à la moyenne 2018/2022. Malgré une situation de sécheresse qui perdure en Catalogne comme dans le Roussillon, l’irrigation devrait être suffisante pour assurer des volumes proches du potentiel normal. Les professionnels attendent désormais les beaux jours pour stimuler la demande.

    • En Espagne, la profession s’attend à une production normale, équivalente à la campagne précédente, autour de 1,2 million de tonnes de pêches (dont plates) et nectarines, grâce à une bonne floraison. Après un peu de dégâts de grêle, beaucoup de vent en avril, les volumes de fruits en premier choix seront un peu en recul, surtout en nectarine. L’Espagne se trouvait dans une situation critique au niveau sécheresse, mais les pluies abondantes autour de Pâques ont permis de rattraper la situation et l’eau ne devrait pas manquer cette année. Pour autant, le début de campagne a démarré avec une semaine d’avance dans toutes les régions, avec des fruits de qualité et un niveau de sucres satisfaisant.
    • En France, grâce à des conditions normales cette année, la récolte s’annonce à son potentiel normal (autour de 230 000 tonnes, soit 5 % au-dessus de 2023 et 22 % au-dessus de la moyenne 2018-2022), avec toutefois la même prudence qu’en Espagne. Avec une précocité finalement normale, la campagne française devrait démarrer autour du 10 juin. « En dehors des quelques vergers sous tunnel, les cueillettes de pêches et nectarines devraient commencer début du mois de juin, pour une première semaine significative autour du 15 juin (semaine 23 et 24). La récolte française 2024 dépassera légèrement celle de l’an passé, après une bonne floraison et nouaison, et l’espèce est désormais appréciée pour sa régularité », indique Bruno Darnaud, président de l’AOP Pêches et Abricots de France. « Grâce à un bon taux de renouvellement de nos vergers autour de 8 %, la production s’est stabilisée et les nouvelles variétés assurent un potentiel de bonne qualité ». Un petit risque de boisage est certes à craindre, surtout en nectarine, compte tenu des forts vents en avril, mais les calibres et le sucre devraient être au rendez-vous.
    • La Grèce attend 370 000 tonnes de pêches et nectarines, soit 8 % de plus que la campagne précédente et 23 % de plus que la moyenne quinquennale, après plusieurs sinistres climatiques. Cette reprise s’exprime plus particulièrement en nectarine (+20 % par rapport à l’année précédente). En effet, ces dernières années les surfaces de pêche sont plutôt en retrait, pour des raisons économiques les producteurs s’orientent vers d’autres espèces, comme les cerises ou les kiwis.
    • Avec un peu plus de 900 000 tonnes de pêches et nectarines en Italie, la récolte 2024 devrait être supérieure de 11 % à la précédente, mais stable par rapport à la moyenne 2018-2022. Globalement, les surfaces continuent de régresser au niveau national, plus particulièrement pour les pêches dans le nord de l’Italie.

    Vers le replay de la visio : https://www.youtube.com/watch?v=AP_qfTbRJus

    Vers le document de présentation des prévisions 2024 : https://www.medfel.com/wp-content/uploads/2024/05/previsions-2024-peches-europe.pdf