Un bilan mitigé en mangue

    0
    512

    La mangue espagnole a connu une belle année 2021, presque qu’équivalente en volume à 2018, qui reste une année record avec 30 000 tonnes. « L’Israël et l’Espagne ont connu une belle récolte en 2021. En Espagne, 40 % des variétés ont augmenté, telles que Osteen et Keitt, par rapport à l’année précédente », affirme Martina Otten, directrice et responsable commerciale de la coopérative Trops. « Alors qu’Israël était très présent sur le marché en juillet et août, l’Espagne a occupé une bonne place en septembre et octobre, ce qui a rendu difficile la commercialisation, notamment, de la mangue brésilienne, habituellement vendue sur les marchés nordiques. » Ensuite, en mangue bateau provenant de l’hémisphère sud, « les programmes se sont déroulés selon les plans mais sans enthousiasme, avec quelques soucis de qualité sur l’origine Brésil », affirme Antoinette Monjauze, directrice import de la Compagnie fruitière.

    En revanche, le marché de la mangue avion (4 à 5 % du marché européen) a été fortement perturbé par des problèmes de logistique aérienne. Au-delà de l’envolée des prix du fret, plusieurs opérateurs ont signalé de nombreuses palettes restées sur le tarmac, à cause de la réduction des vols passagers dans le contexte mondial de crise Covid. « Cela a entraîné une forte hausse des prix de vente de la mangue sur les trois premiers mois de la campagne d’hémisphère sud », explique Daniel King, directeur général de Frunet. « Sur les références de mangue avion, les petits calibres permettent de proposer un prix à la pièce relativement attractif », affirme Gautier Ducroquet, acheteur-vendeur spécialisé exotiques chez Lomme primeurs.

    À suivre dans notre article mangue du magazine n°396 de février !

    © Trops