Sia 2022 : le salon des retrouvailles

    0
    694

    De retour cette année, le salon de l’agriculture a réuni aux portes de la capitale le grand public et le monde agricole. L’occasion pour les consommateurs de renouer et de réaffirmer un attachement aux terroirs de nos régions, mais aussi à ceux qui les font vivre. Et l’occasion pour ces agriculteurs de faire part de leurs difficultés.

    © végétable

    Qu’elle était bien nommée cette édition 2022 du Sia ! Quelle insouciance de pouvoir enfin faire tomber le masque dans les allées, et pas seulement furtivement, pour goûter les produits du terroir mais surtout partager la joie de se retrouver « en présentiel ».

    © végétable

    « Nous avons constaté une importante fréquentation sur notre stand cette année, avec une ambiance bon enfant et un public bienveillant, curieux de découvrir nos produits, mais aussi notre entreprise et notre métier », a témoigné Fabrice Chapuzet, dirigeant de Lou Légumes. « Nous avons été particulièrement surpris par l’intérêt des jeunes pour les champignons : dans la seule journée de dimanche environ 300 jeunes de moins de 25 ans ont acheté une barquette de champignons à consommer sur place, en snacking. C’est très intéressant pour nous de rencontrer les clients de nos clients, cela équivaut à une étude de marché. »

    © végétable

    De nombreux sourires… mais aussi beaucoup de doute et d’inquiétude dans un contexte économique et géopolitique inédit. La guerre fraîchement déclarée en Ukraine et la hausse des coûts durables étaient sur toutes les lèvres, boostant la question de la souveraineté alimentaire déjà soulevée par la crise Covid. Cette actualité a ravivé l’urgence de relocaliser notre production et de garantir impérativement une juste rémunération des producteurs pour sauvegarder la filière. Pour Thierry Desouches, responsable des relations extérieures de Système U, ce salon a laissé des impressions contrastées : « On sent que tout le monde a pris fortement conscience des enjeux pour la filière et de l’urgence d’agir à tous les maillons de la chaîne, car notre agriculture arrive dans une impasse, encore plus dans les filières animales. Et en même temps, que d’espoir quand on voit tous ces jeunes qui souhaitent s’engager dans l’agriculture. C’est de notre responsabilité de les soutenir et de les accompagner pour assurer le renouvellement de la génération agricole. »

    L’autre actualité, si on peut qualifier ainsi une situation devenue structurelle, est l’urgence climatique, mise en lumière par un nouveau rapport du Giec paru lundi 28 février. Alors que l’agroécologie semble devenue incontournable dans toutes les filières, la révolution numérique est en marche. À en juger par l’affluence sur le stand de la Ferme digitale, les cerveaux sont en ébullition dans de nombreuses start-up de l’Agritech pour développer des solutions numériques et mettre l’intelligence artificielle au service de la transition écologique des filières agricoles.

    © végétable

    Enfin, 2022 est aussi une année électorale. Si le président en poste s’est montré très discret sur le salon, pour cause de négociations diplomatiques urgentes, les membres du gouvernement se sont déplacés dans les allées, dont bien sûr le – toujours – ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Julien Denormandie. Les candidats à l’Élysée n’ont pas non plus manqué à l’appel, globalement à l’écoute et affichant un certain volontarisme. L’interprofession leur a d’ailleurs adressé des propositions pour répondre aux cinq grands enjeux de la filière fruits et légumes frais.

    Sur le stand de l’Inrae. © végétable