Retour de la confiance envers les fruits et légumes frais

    0
    191

    La 6e édition du baromètre de confiance, cofinancé par Franceagrimer et Interfel et réalisé par l’institut CSA, discerne des signaux encourageants concernant l’image de nos produits auprès des consommateurs, signaux que la crise sanitaire de 2020 ne semble pas remettre en cause.

    © Franceagrimer

    Depuis 2014, le baromètre a pour objectifs de comprendre quels sont les facteurs de confiance et les craintes associées à la consommation de fruits et légumes frais, ainsi que de mesurer l’impact de l’actualité autour de la filière. Directrice d’études chez CSA Research, Sandra Marie précise le contexte du sondage : un échantillon de 1 015 Français représentatifs de la population des 18-75 ans a fait l’objet d’un échange de vingt minutes entre le 26 novembre et le 2 décembre 2019, dans un contexte marqué par les manifestations agricoles du mois de novembre. Globalement convergents, les résultats de l’étude traduisent une véritable inflexion vis-à-vis de la tendance des années précédentes marquée par un net retour de confiance. Au total, les produits frais bénéficient d’un niveau de confiance de 95 % et devancent les surgelés (85 %), la conserve (82 %), et sont très loin devant les plats préparés (44 %). Au sein des produits frais, le pain bénéficie du niveau de confiance le plus élevé, devant les légumes (93 %), les fruits (90 %) et les produits laitiers, groupe qui devance nettement les viandes, volailles et poissons. Les fruits et légumes progressent de 4 points en un an et renouent, voire dépassent le niveau de confiance observé en 2017.

    Ce retour de confiance est notamment porté par les plus de 50 ans, qui étaient eux-mêmes à l’origine de la baisse de confiance de l’année précédente : en 2019, 91 % font confiance aux fruits, 95 % aux légumes. La crise Covid-19 n’a pas affecté ce constat positif. La moindre médiatisation de la problématique des produits phytosanitaires et des résidus semble une explication majeure de cette tendance, avec, du coup, une baisse de présence de sujet dans l’esprit des personnes sondées. L’inquiétude relative aux traitements chimiques et aux résidus de pesticides s’atténue. Pour autant, interrogés sur leurs motifs de défiance envers la catégorie F&L, les traitements demeurent la cause majeure (31 % en 2019 contre 40 % en 2018, en spontané), quoiqu’en nette régression. En contrepartie, c’est la question de la traçabilité qui monte en deuxième position des sujets de préoccupation (26 % en 2019, contre 24 % en 2018). En assisté, la question des OGM inquiète beaucoup, alors même que ceux-ci sont totalement absent des F&L servis en France, ce qui témoigne d’un déficit d’information sur nos produits. Quant au principal levier de confiance, depuis deux ans, l’origine du produit est devenue le premier critère de rassurance, la provenance nationale (34 %) s’avérant le premier levier de confiance devant l’approvisionnement (24 %) et l’aspect des produits (23 %). Le mode de culture score à 16 %, le bio est à 12 %. En résumé, il en ressort un ranking actualisé des critères de choix des fruits et légumes assez net : 1- Le produit de saison, 2- la provenance, 3- l’aspect visuel, 4- le prix, 5- le label/logo, 6- la mention Zéro résidu de pesticides, 6- l’absence d’emballage…

    Le baromètre s’est aussi intéressé aux logos et labels. Le label AB est le plus porteur de confiance : 97 % l’ont déjà vu, 59 % des sondés savent ce qu’ils signifient. Les logos AOP et AOC sont cotés à 67 %, l’IGP à 64 % pour porter la confiance. Mais ils sont encore assez peu associés à la catégorie F&L, contrairement au label AB qui y est fortement. Agriconfiance et HVE sont rassurants (scores similaires aux précédents), mais souffrent d’un déficit de notoriété : il y a encore du travail à faire sur leur celle-ci et leur association aux F&L. Quant à Vergers écoresponsables, 46 % des sondés ont repéré le logo, 12 % savent ce qu’il signifie, 35 % l’associent aux F&L frais, avec un taux de confiance de 79 %.

    Si 52 % des sondés se disent bien informés sur les fruits et légumes, les idées reçues ont quand même la vie dure comme celle sur les OGM (déjà évoqués) ou encore sur le fait que l’on peut produire des fruits et légumes sans recours aux pesticides (47 % ont cette conviction). Enfin, les associations de consommateurs restent le plus solide médiateur de confiance pour informer sur les fruits et légumes (83 %) et devancent les professionnels de santé (75 %), les familles et amis (73 %) et même les scientifiques (65 %).