Regard d’expert commerce international : les Balkans

0
285

Les filières fruits et légumes de plusieurs pays candidats des Balkans ont été améliorées par les aides publiques européennes des programmes de pré-adhésion à l’UE et s’affirment sur le plan international.

La guerre en Ukraine et les visées expansionnistes de la Russie ont conduit l’Union européenne à renforcer sa dimension politique. L’émergence en juin 2022 d’une CPE (communauté politique européenne), fédérant 47 états, dont les 27 pays membres de l’UE, a conduit à une réunion en Espagne, le 5 octobre dernier, pour discuter de l’élargissement. Les Balkans occidentaux, notamment la Serbie, l’Albanie, la Macédoine du Nord et le Monténégro, sont, depuis de nombreuses années, candidats potentiels à l’adhésion à l’UE, et la Bosnie-Herzégovine et le Kosovo depuis décembre 2022. La Slovénie est membre de l’UE (avec adoption de l’euro) depuis 2004 et la Croatie (en gardant sa monnaie nationale) depuis 2013.

Les obstacles à l’adhésion des pays candidats sont nombreux et complexes : résurgence des différends bilatéraux, litiges frontaliers récurrents, contorsions velléitaires des gouvernants, donc non résolution des réformes politiques, économiques et juridiques nécessaires, et problèmes de corruption. Mais aussi et surtout, les influences divergentes exercées par les USA, la Chine, la Russie et la Turquie sur certains d’entre eux rendent nécessaire de renforcer l’ancrage européens des Balkans. La réunion du 5 octobre a tenté de redynamiser le processus d’élargissement, d’enrayer l’euroscepticisme grandissant des populations balkaniques et d’affirmer une nouvelle approche avec les Balkans occidentaux, via des adhésions par étapes et des phases de consolidation.

Pour voir la suite de cet article, les tableaux et graphiques complémentaires, merci de vous connecter à votre espace abonné ou de vous abonner.