Plus de végétal dans dix ans !

    0
    127

    Annoncé en 2023 par la communauté Pour nourrir demain, les premières projections de notre alimentation à dix ans, par un secteur agro-industriel en pleine mutation, sortent de terre.

    salades
    © Les Crudettes

    « Les fruits et légumes seront omniprésents dans les menus. 70 % des fruits et légumes consommés seront cultivés en France par des producteurs engagés », annonçait l’entreprise Les Crudettes (groupe LSDH) le 30 janvier dernier, dans une projection à dix ans.

    Dans un autre secteur, l’un des leaders pastiers, Panzani, voit une « place renforcée du végétal » dans l’alimentation des Français. Facile à dire ? Ce sont désormais des visions engagées. Reprenons le fil de la « capsule temporelle de l’alimentation », projet lancé en mars 2023 par la communauté Pour nourrir demain afin d’aider les entreprises du secteur agroalimentaire à se réinventer pour répondre à de multiples injonctions, telles que l’inflation, le réchauffement climatique, la colère du monde agricole… et dont les travaux avaient alimenté en partie les réflexion du Forum végétable 2023 sur les mutations de la consommation.

    Vision de l’alimentation des Français

    Il y a un an, le 21 mars 2023, plus de 70 marques du secteur avaient déposé solennellement, dans une « capsule temporelle », leur vision de l’alimentation des Français et de l’agroalimentaire d’ici à 2033. Dans la filière fruits et légumes, Les Crudettes a ainsi l’une des premières entreprises à dévoiler ses projections.

    Dans la tendance actuelle, « les fruits et légumes frais, sous toutes leurs formes, prêts à cuisiner, à assembler, à croquer, à boire, à tartiner… seront dans toutes les assiettes, pour une alimentation plus saine, diversifiée et une empreinte carbone moindre », estime l’entreprise. Et elle veut croire que certaines récriminations actuelles se seront traduites en actes : intégration de la cuisine et des fruits et légumes dans les programmes scolaires, digitalisation permettant une transparence totale (origine, traçabilité, composition…), alimentation personnalisée dont les frigos connectés seront un des relais, nouveaux modes de livraison (drones), retour du potager comme lieu d’expérience et de connexion au vivant…

    En parallèle, l’agriculture sera plus « technologique et locale », où de nouvelles technologies auront « profondément changé le travail des agriculteurs » (IA, robotisation…) et où « des serres de production high-tech, installées au plus près des lieux de vie, complètent l’approvisionnement en végétaux de proximité ».

    Dans ces évolutions, l’entreprise veut redéfinir sa place dans la filière : accompagnement des maraîchers dans leur installation pour assurer la disponibilité des productions françaises, juste répartition de valeur, offre végétale variée, sous toutes ses formes, accueil de consommateurs sur site en temps réel et coélaboration de produits et services, intervention dans les écoles, coaching culinaire.