Océane détaille son nouveau périmètre

    0
    284

    La coopérative nantaise Océane a réuni, le 29 juin, ses 67 structures adhérentes, collaborateurs et partenaires à Pont-Saint-Martin (44) pour son assemblée générale annuelle.

    Laurent Bergé, président de la coopérative Océane, a présenté les chiffres de l’OP nantaise pour 2021, année qu’il qualifie « d’encore atypique » : elle enregistre un chiffre d’affaires 2021 de 156 millions d’euros, avec 3 400 ha en surface développée (sur 122 ha de serre verre, 1 468 ha en plein champ, 115 ha d’abris plastiques).

    Depuis janvier, le périmètre de la coopérative s’est significativement élargi avec l’arrivée de 22 exploitations du Val Nantais. Pour 2022, Océane prévoit désormais un chiffre d’affaires de 175 millions d’euros. La gamme de produits s’étoffe elle aussi, avec aujourd’hui plus de 30 espèces et au total 80 000 tonnes de légumes commercialisés. La tomate reste leader avec 42 000 tonnes, devant le concombre (37 millions de pièces), les radis et la famille des salades (dont mâche et jeunes pousses). « Forcément, l’intégration des producteurs de Val Nantais a nécessité une forte mobilisation des équipes, car c’est bien deux modèles de coopérative différents qui se rejoignent », a expliqué Laurent Bergé. Mais « on ouvre un nouveau chapitre et on découvre la richesse des réunions techniques en production », a ajouté David Dubois, producteur référent pour les cultures plein champ.

    © Océane

    Laurent Bergé est revenu sur « la crise qui impacte la coopérative, mais surtout les structures de production de ses adhérents, touchant plus durement les productions en plein champ que les cultures sous serres ». Car au-delà du contexte économique, « les aléas climatiques font souffrir tous les producteurs », selon David Dubois. « C’est frustrant de ne pas pouvoir mener les cultures à leur potentiel maximum pour des raisons économiques ou financières. Mais dans les situations difficiles, il faut se retrousser les manches et faire preuve d’agilité », a conclu Laurent Bergé, avant de laisser la parole à Marc Touati. L’auteur du livre Quel nouveau monde pour demain ? a livré son analyse de la situation économique au niveau mondial. Selon lui, dans un contexte d’inflation très inégalitaire – pour les ménages les plus modestes, la part de l’alimentation s’élève à 20-25 % du budget –, l’argument prix va être déterminant pour faire face à la baisse du pouvoir d’achat.

    © Océane