Mobilisation collective contre la précarité alimentaire

    0
    376

    Face à une augmentation des coûts de la logistique, de l’énergie et du prix des denrées alimentaires (+15 % en un an), l’ensemble des associations d’aide alimentaire sont actuellement confrontées à des difficultés majeures. Cette situation de crise est accentuée par une hausse massive et rapide du nombre de demandeurs (entre +20 % et + 30 % selon les associations). En France, plus d’1 personne sur 10 serait en insécurité alimentaire (2 % des enfants et 11 % des adultes, d’après l’Anses).

    personne recevant un plat de lentilles
    © solidarites.gouv.fr

    Dans ce contexte, et après l’alerte des Restos du Cœur sur sa situation financière, le ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a mobilisé les filières agricoles et alimentaires françaises pour dégager collectivement des solutions concrète afin d’accroître les denrées disponibles pour les associations.

    Une réunion de travail présidée par le ministre Marc Fesneau s’est tenue le 6 septembre avec les représentants des filières agricoles, alimentaires et les associations de dons alimentaires. Plusieurs pistes de travail ont été dégagées : des mesures de simplification sur les dons agricoles et alimentaires, y compris sur le volet fiscal ; l’amélioration et l’optimisation de la logistique entre les différents opérateurs de la solidarité alimentaire ; la nécessité d’identifier les produits dont manque les associations.

    Pour 2023, le gouvernement a dégagé 156 millions d’euros en direction de l’aide alimentaire en 2023, soit plus qu’un doublement en trois ans. Au-delà des 15 M€ déjà promis en septembre au Restos du Cœur, il a détaillé une aide de 11 M€ pour les Banques alimentaires, de 6 M€ pour le Secours populaire, de 3,8 M€ pour la Croix rouge et de 2,5 millions pour les Épiceries solidaires.