Maraîchers nantais : tournés vers l’action et l’avenir

    0
    244

    Avec cette année un format inédit de « rencontres maraîchères », l’AG des maraîchers nantais a laissé la parole à des personnalités sur les points marquants de la filière, notamment son ancrage territorial et son engagement dans la transition agroclimatique.

    AG des Maraîchers nantais
    © végétable

    Le jeudi 7 décembre 2023, les maraîchers nantais se sont retrouvés en assemblée générale à Pont-Saint-Martin (44), en présence de nombreux élus locaux et du préfet de région. L’occasion d’un bilan des activités récentes de la FMN (Fédération des maraîchers nantais), en lien avec les défis à relever pour garantir la compétitivité de la filière.

    La question de la main d’œuvre, en particulier le logement des saisonniers, qui devient un frein à l’emploi, fait l’objet de démarches actives pour fluidifier les recrutements sur les exploitations. L’accès à l’irrigation et la gestion de l’énergie sont également des enjeux forts. Le risque de pénurie a largement mobilisé les équipes et les serristes ces derniers mois.

    « Notre fonction de producteur d’énergie a été reconnue comme indispensable. Aujourd’hui, même si les cours de l’énergie sont à la baisse, ils restent deux fois plus élevés qu’en 2021 », a pointé Jean-François Vinet, vice-président de la FMN. Cyril Pogu, administrateur de la FMN et nouveau co-président de Légumes de France, a listé les nombreux travaux d’expérimentation entrepris par le CDDM (Comité départemental de développement maraîcher), démontrant la forte mobilisation du secteur dans la voie de la transition environnementale.

    Un engagement bien compris par les représentants politiques sur place, qui ont rappelé leur soutien aux maraichers à la suite des dégradations subies en juin dernier. « Le relais de communication est aussi efficace avec le nouveau président Régis Chevalier qu’avec son prédécesseur Philippe Retière », a salué Lydie Bernard, présidente de la commission agriculture au Conseil régional.

    Le nouveau binôme formé avec Emmanuel Torlasco, directeur depuis 2022, s’active, avec une refondation de la gouvernance du syndicat de producteurs, pour plus de travail en commissions. « Et le conseil d’administration se rajeunit et se féminise », a souligné Régis Chevalier.