Les Français prêts pour de nouveaux comportements

    0
    61

    Alors que le projet de loi antigaspillage et pour une économie circulaire a récemment engagé son processus législatif, l’Obsoco et ses partenaires se sont intéressés au rapport des Français à l’économie circulaire.

    L’ambition de la vaste enquête quantitative de l’Obsoco (Observatoire société et consommation) réalisée auprès de 4 000 Français est d’établir une cartographie de l’ensemble des pratiques de consommation qui ont vocation à favoriser la réduction de la consommation de matières. Notamment d’évaluer le degré d’engagement des Français dans les pratiques que sont le tri, la récupération, le vrac, l’achat et la vente d’occasion, etc.

    Les résultats font ainsi apparaître : une généralisation du tri dont le geste est largement acquis et qui semble s’être intensifié (près de 8 Français sur 10 trient systématiquement ou régulièrement leurs déchets, 60 % estiment trier et recycler davantage qu’il y a cinq ans), 7 Français sur 10 se disent dorénavant préoccupés par le sujet des emballages, majoritairement (55 %) par les emballages en plastique, un décollage du « vrac », pratiqué par plus d’un Français sur deux au cours des 12 derniers mois, une appétence à l’égard des matériaux recyclés dans les emballages et les produits dont l’affichage obligatoire sur les produits constituerait un critère de choix pour une majorité de Français, une diffusion des pratiques de récupération (glanage, réutilisation de sacs et de contenants divers), une banalisation de l’occasion avec près de 60 % des Français qui déclarent avoir acheté des produits d’occasion et 50 % en avoir vendu, un intérêt fort pour de nouvelles offres témoignant de la disposition des Français à s’engager davantage dans de nouvelles manières de consommer relevant de l’économie circulaire : points de collecte volontaires dans les magasins fréquentés, emballages réutilisables pour le e-commerce, recours à des ressourceries ainsi qu’à des plateformes d’échange entre particuliers, etc.

    A l’exception d’un groupe très engagé que l’on pourrait qualifier de « jeunes écolo bobo » (12 % de l’échantillon), en pointe sur toutes les pratiques, les Français se caractérisent par une hétérogénéité d’approches qui distinguent rapport au tri et au recyclage et celui du recours à l’occasion et à l’économie de l’usage. Le développement de l’économie circulaire suppose d’embarquer un public moins sensibilisé dont la mobilisation passera principalement par des bénéfices avant tout individuels.

    © DR

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Faites un commentaire !
    Entrez votre nom ici SVP

    *

    code