Label Rouge : l’année de tous les espoirs

    0
    182

    Les 14 producteurs et 7 metteurs en marché réunis au sein de l’ODG « Qualité fruits plus » comptent bien profiter de la fenêtre de tir favorable cette année pour installer les pêches, nectarines et abricots Label Rouge en rayon et satisfaire les consommateurs (démarche relancée depuis 2016). « Cette année, nous avons décidé de monter une stratégie commerciale commune, avec un emballage commun : abricot 750 g, pêche et nectarine 4 fruits. Plusieurs distributeurs sont intéressés. La réussite doit être immédiate », annonce Jérôme Jury, producteur en Isère de Fruits du Val qui rit et président de l’ODG. Le cahier des charges est drastique pour tenir les promesses faites au consommateur : catégorie extra uniquement, variétés sélectionnées sur la base de tests sensoriels et hédoniques, calibre 2A minimum, 11,5° en sucre minimum, délais entre la cueille et l’expédition au maximum de 5 jours, fermeté entre 2,5 à 5 kg, c’est-à-dire un fruit cueilli à maturité.

    L’ambition est de créer un surcroît de valeur par rapport au prix de marché du « standard ». Car les investissements sont conséquents : « On va de plus en plus vers des vergers dédiés, sous filet, en fertirrigation, maîtrisés », précise Jérôme Jury, reconnaissant l’aide conséquente de la Région Auvergne-Rhône-Alpes pour la relance de ce projet. L’ambition est d’aller plus loin que les 15 % de volumes potentiels commercialisables chez chacun des metteurs en marché. « On sait qu’on peut atteindre 40 % du volume labellisable en Label Rouge dès lors que l’on dédie un verger conduit avec des objectifs gustatifs. »

    © DR