Cerise : la pleine saison !

    0
    237

    La restructuration des vergers de cerisier vers une haute technicité est parfois spectaculaire. Elle passe par les méthodes de sécurisation, pour une production plus durable.

    © végétable

    Visiter l’exploitation de Thierry Delvolvé, producteur de cerises dans le Moissagais, permet de visualiser toutes les évolutions techniques en verger de cerisier, à commencer par la protection des vergers qui occupe désormais une position centrale (filets anti-insectes, bâches anti-pluie simple, mono-rang ou dimensionnée à la parcelle). Un dispositif de lutte antigel trône également en bonne place (système mixte de tour à vent et bougie antigel). L’avantage de tels dispositifs de protection du verger est de « pouvoir se passer de 80 % des traitements sur fruits », selon le producteur. Le revers de la médaille est le coût d’investissement, ici autour de 80 000 €/ha intégrant le coût des plants. Interrogé sur son retour sur investissement, Thierry Delvolvé ne se prononce pas : « Pas facile de donner une échelle de temps, je ne suis même pas sûr de dégager une rentabilité suffisante. Mais a-t-on le choix aujourd’hui ? La suppression des matières actives les unes après les autres ne laisse que l’option de la protection mécanique aujourd’hui. » De même que de faire le choix de se spécialiser, ou d’abandonner. Fier de présenter ses nouvelles variétés (notamment Carmen ici en photo), il espère que la consommation sera au beau fixe pour soutenir la filière.

    Thierry Delvolvé cultive la variété de cerise Carmen. © végétable

    Après une année 2021 marquée par des récoltes historiquement basses, l’AOP Cerises de France – qui représente plus de 800 producteurs français – « aborde sereinement la campagne 2022 », avec une production moyenne annoncée de 35 000 tonnes de cerises de bouche origine France (8 000 ha).

    Protection mono-rang, avec une tour à vent en arrière-plan. © végétable
    Protection parcellaire. © végétable