Dix ans de solidarité alimentaire et des perspectives

    0
    94

    L’association Solaal, qui organise depuis dix ans le don agricole, annonce de nouveaux projets pour 2024 dont une activité autour de l’achat solidaire, et adresse des demandes précises pour faciliter le don agricole.

    Solaal au SIA 2024
    Angélique Delahaye, présidente, entourée de deux parrains de l’association : « 121 glanages solidaires, qui permettent de créer du lien social entre agriculteurs et glaneurs, ont été organisés, soit une augmentation de 51 % en 2023. » © végétable

    « Notre but n’était pas de perdurer, mais nous sommes toujours là. Solaal a trouvé sa place dans l’écosystème de la solidarité », a pointé Angélique Delahaye, présidente de l’association, lors d’un point presse organisé en plein Salon de l’agriculture, le 29 février dernier. Voilà plus de dix ans que cette structure aux onze antennes territoriales organise le don agricole vers les associations d’aide alimentaire partout en France, à l’intention des personnes les plus démunies.

    Si la précarité alimentaire ne recule malheureusement pas, force est de constater l’efficacité et la montée en puissance de Solaal. Le nombre de dons est en constante augmentation (+20 % en 2023), ainsi que le nombre de nouveaux donateurs (+17 %), même si l’on voit l’effet de la crise et des aléas climatiques qui ont eu raison d’un tassement récent des dons. Leurs quantités atteignent 3 335 t, soit l’équivalent de 6,6 millions de repas distribués en 2023, à 715 antennes d’associations.

    Une activité d’achats-ventes solidaires

    Dans ce contexte, l’association souhaite ouvrir de nouveaux projets en 2024 et lever certains freins. En complément des dons, elle annonce lancer une activité d’achats-ventes solidaires, avec l’embauche d’un salarié. Il s’agit de mettre en lien des vendeurs agricoles et des acheteurs associatifs de l’aide alimentaire sur la base d’un prix solidaire, en accord avec le producteur et acceptable par l’association. Elle compte ouvrir une douzième antenne en Nouvelle-Aquitaine – seule région non couverte jusqu’ici – afin de continuer d’animer le réseau régional et renforcer les dons. Elle veut enfin renforcer la traçabilité, en s’appuyant sur un outil, l’Observatoire national du don agricole, « un axe central pour 2024 ».

    Pour faciliter le don agricole, Solaal adresse solennellement à travers un livre blanc « trois demandes fortes pour faire avancer la fiscalité et la traçabilité du don agricole ». La première concerne un travail autour des cotisations MSA afin de ne plus pénaliser le don, car « devoir payer des charges sociales sur la valeur du don de produit est un non-sens ! » La deuxième vise la simplification du don via le dispositif du retrait communautaire en fixant le montant de la compensation financière en cas de don a priori, et non plus à effet rétroactif, comme cela vient d’être modifié subitement dans le dispositif. Enfin, elle souhaite améliorer la traçabilité des produits donnés comme pour n’importe quel citoyen, « car une bonne alimentation de qualité et diversifiée est à la base de notre santé », rappelle Guillaume Garot, député de la Mayenne et parrain de Solaal. Le moment s’est conclu par une collecte solidaire en direct dans une allée du hall 4 du salon de l’agriculture.

    Solaal au SIA 2024
    © végétable