Des perspectives pour le recyclage des films plastique agricoles

    0
    262

    L’appel à projet Cleanflex, lancé en 2019 avec le soutien du Comité français des plastiques en agriculture, visait à la création d’une unité de prétraitement spécifiquement conçue pour le recyclage des films de paillage.

    C’est la société Plasticlean, filiale du groupe Calvet, qui portera un projet permettant de recycler 100 % des films plastiques agricoles en France à partir de 2023. Plasticlean a mis au point un procédé industriel innovant qui assure un nettoyage intensif et efficient des films de maraîchage les plus souillés, en vue de leur recyclage. La ligne comprend une étape de broyage, de lavage et de séchage, puis de conditionnement des flocons de PEBD en balles houssées. Ces matières recyclées très pures pourront ensuite être directement compressées ou extrudées par des plasturgistes pour être incorporées lors de la production de films plastiques neufs.

    © Adivalor

    Avec une capacité de plus de 10 000 tonnes traitées par an et un investissement de 4,3  millions d’euros, cette première unité, située à Vendargues, dans l’Hérault, devrait entrer en production en février 2023 pour recycler la totalité des films de paillage français. Pour Luc Sytsma, président du CPA (Comité français des plastiques en agriculture), « ce projet illustre toute l’ambition de l’initiative APE (Agriculture plastique et environnement) : pérenniser les usages bénéfiques des plastiques en agriculture tout en maîtrisant leurs impacts sur l’environnement et contribuer activement au développement d’une économie circulaire ».

    En visant une moindre consommation de ressource, Plasticlean se positionne comme un nouvel acteur de l’économie circulaire en Occitanie. D’après Stéphane Guesney, responsable du pôle logistique et recyclage chez Adivalor, « la localisation de cette nouvelle unité, au plus proche des gisements, répond à notre souci de réduire les impacts environnementaux et économiques des transports. Nous prévoyons des plateformes de transit de stockage pour les lots qui seront collectées dans les zones de production plus lointaines, qui nous permettront de sécuriser l’approvisionnement de l’usine toute l’année ». Ce projet pilote devrait être dupliqué dans d’autres pays européens, gros utilisateurs de films plastiques en cultures maraîchères.

    © Adivalor