Des emballages dans la crise

    0
    125

    L’emballage à base de papier-carton est leader tant dans le domaine de l’emballage des produits de grande consommation, à égalité avec les emballages plastique, que dans celui des emballages de regroupement et logistiques où, avec les emballages en carton ondulé, il est le principal pourvoyeur de l’industrie et du commerce en solutions d’emballages. Le Cofepac (Comité français de l’emballage papier carton) présente un premier bilan de l’année en cours. En 2019, La production globale d’emballage à base de papier-carton a atteint 3,77 millions de tonnes, soit une croissance de 0,2 %. L’agroalimentaire, qui représente près de 60 % des besoins d’emballage à base de papier-carton, a surtout permis ce développement, avec ceux de la consommation nomade et de l’e-commerce.

    © Smurfit Kappa

    L’année 2020 s’annonçait donc sous des auspices relativement favorables lorsque la crise du Covid-19 a frappé. Si le côté essentiel de l’activité d’emballage a été a mis en évidence, surtout en alimentaire, santé et hygiène, les impacts ont été différents selon les secteurs. Globalement, la demande a été soutenue, voire forte, pour les emballages des produits essentiels adaptés au confinement, alors que ceux liés aux activités de l’hôtellerie restauration, aux produits de bouche et au tourisme, largement fermées, ont connu des chutes violentes de leur activité. L’impact a été sensible, donc, sur les emballages à base de carton plat et les papiers d’emballage. Parallèlement, l’activité des fabricants d’emballages industriels en ondulé a subi les effets de l’arrêt de nombreuses industries. Globalement, la production a baissé de 10 à 15 % en moyenne, avec de fortes disparités (- 30 %) selon la spécialisation des entreprises. Des difficultés ont également pu apparaître pour assurer la continuité du fonctionnement des usines et pour les approvisionnements matières en particulier pour les matériaux recyclés.

    L’activité emballage devrait, cette année, maintenir un certain niveau d’activité, laquelle devrait se rétablir dans les secteurs très fortement affectés. Néanmoins, il n’est pas à exclure que des entreprises connaissent de graves difficultés, à un moment où certaines d’entre elles devaient se préparer à des évolutions de leur activité sous la pression réglementaire s’exerçant sur les emballages. En toute hypothèse, l’année 2020 apparaîtra en recul par rapport à 2019.