Concombres : les mini ont la cote

    0
    267

    Visites de la serre d’essais de concombres, dégustations et échanges avec les experts sont au programme de la journée portes ouvertes de Bayer Seeds-De Ruiter, à Saint-Andiol (13), ce 23 juin.

    © Bayer

    Sur leur site de 16 hectares consacré à la R&D en semences potagères, les sélectionneurs de Bayer développent trois programmes, deux en melon et un en concombre. « Nous mettons au point des lignées parentales ici en mini concombre », explique Cyrille Zini, sélectionneur en petits concombres.  « Nous travaillons sur le rendement, la couleur, l’architecture de la plante et énormément sur les résistances aux maladies, pour éviter que les producteurs ne greffent ensuite leurs plants.  Dans la multichapelle à double paroi plastique, un « compromis rappelant les différentes serres verre », les rangs de variétés de concombre se succèdent. D’abord les Long Dutch, d’une trentaine de centimètres, avec Invictus à « haute tolérance en été », Davida « endurant et qualitatif » et Georgia plus axé rendement… Puis les bêta-alpha, développés par Cyrille Zini : « plus grands que les snackers et plus petits que les Noa, entre 13 et 19 cm ». Et de rajouter que le concombre court a la caractéristique d’être plus croquant et juteux mais requiert une mise en marché rapide car sa conservation est moindre que le Long Dutch. Ce concombre court, parfois appelé Libanais, est effectivement très présent au Moyen-Orient, où il est cueilli et aussitôt proposé à la vente sur les marchés. Autre caractéristique importante pour les producteurs : son rendement « un passage tous les deux jours voire toutes les 36 heures », souligne le sélectionneur. Enfin, la visite permet de remarquer que bon nombre de variétés à l’essai ou confirmées présentent une haute tolérance aux pics de  chaleur de l’été, comme les courts Manar et Addan.

    © Bayer

    Unproducteur provençal remarque: « Quand ils sont trop longs, ils ne rentrent plus dans les cartons… et mon client me demande des mini, des petits Libanais. » Yegan, un nouveau snacker, de 11-12 cm, 90 à 100 gr,  non greffé, crunchy, qui montre « d’excellentes qualités », lui semble intéressant. Surtout que Cyrille Zini confirme « bientôt lui apporter la résistance à la fusariose ». Deux autres représentants de la production présents valident : la demande est de plus en plus aux légumes dits babies, aux concombres courts et lisses. Du moins dans les GSF. Car ailleurs, les longs ont encore de beaux jours. « À l’heure actuelle, il faut trouver les ventes avant de produire », rappelle le premier producteur.

    © Bayer