Concevoir des solutions durables pour la filière pomme

    0
    257

    Blue Whale et ses partenaires du consortium ont présenté le projet (Ré)Génération Fruit le 21 septembre à Montauban. Ce projet a pour objectif, à l’horizon 2028, de proposer des solutions concrètes pour accélérer la transition agroécologique de la filière pomme.

    Projet Ré(Génération) Fruit présenté par Blue Whale
    © végétable

    Accélérer la transition agroécologique de la filière arboricole française par l’innovation technologique, telle est l’ambition du projet (Ré)Génération Fruit (aussi baptisé “Bonne pomme”) porté par le groupement de producteurs Blue Whale et les cinq autres partenaires scientifiques et industriels du consortium.

    Le projet (Ré)Génération vise un travail sur l’ensemble de la filière pour faire évoluer les pratiques vers des solutions plus respectueuses de l’environnement et de la santé humaine, en accord avec les évolutions des attentes des consommateurs et les recommandations du gouvernement sur l’usage des produits phytosanitaires. Tout en maintenant un niveau de production élevé, indispensable pour le maintien de la sécurité alimentaire.

    « Notre objectif est de développer une approche systémique combinant différentes technologies innovantes au service de la qualité de la pomme et de la santé globale du vivant. La transition doit se faire de manière raisonnée et robuste afin de maintenir le niveau de production », a insisté Bruno Bertheloz, directeur de Blue Whale. « Nous sommes convaincus que c’est par l’innovation technologique que la filière arboricole française pourra évoluer vers une production performante écologiquement et durable économiquement. »

    Un consortium représentant l’ensemble de la filière pomme

    Un consortium représentant l’ensemble de la filière pomme a émergé de l’appel à projet BPI France “Innover pour réussir la transition agroécologique”, financé par le gouvernement via le plan France 2030. Il rassemble autour de Blue Whale, porteur de projet, cinq partenaires industriels (Maf Roda), des start-up (Micropep, Asclepios Tech) et des académiques (Inrae, INP Purpan). Le budget de ce vaste programme atteint 12 millions d’euros, dont 8 millions de subventions.

    Améliorer la qualité nutritionnelle des fruits

    Parmi les objectifs du projet, « prouver l’impact des nouvelles pratiques sur les qualités organoleptiques des fruits et l’effet sur la santé, grâce à une approche combinatoire de différents leviers en verger et en station », a annoncé Séverine Maldes, coordinatrice du projet.  Grâce à un itinéraire plus vertueux, mettant en œuvre des technologies innovantes comme les micropeptides, les signaux lumineux, l’eau ozonée, le consortium espère produire des fruits ayant une densité nutritionnelle améliorée, dans une logique de santé globale dit « One Health ».

    L’ensemble des acteurs disposent donc de cinq saisons, de 2023 à 2028, pour tester des technologies innovantes et définir des itinéraires culturaux avec une approche systémique afin de contribuer à la transition de la filière pomme. Une présentation des premiers résultats est envisagée à mi-parcours. Les acteurs espèrent une diffusion et une adaptation des découvertes au reste de la filière arboricole dans les années suivantes. « L’innovation est un long chemin », a prévenu Séverine Maldes.


    Zoom sur les partenaires

    • Blue Whale est un acteur majeur de la filière fruits, regroupant 300 producteurs (pomme, poire, kiwi, prune et raisin de table), répartis sur 5 bassins majeurs de la production fruitière française. Son verger couvre 7 200 ha pour une commercialisation de 270 000 tonnes de fruits. Le groupement compte pour 17 % de la production française de pommes (périmètre ANPP) et se place comme leader national de l’exportation de ce fruit.
    • Micropep est une jeune start-up spécialisée en biotechnologie. Elle travaille sur les micropeptides naturels : une alternative innovante aux pesticides puisque les micropeptides influent sur des processus clés du cycle de vie du pommier, tels que la croissance la défense contre les pathogènes.
    • Asclepios Tech est une start-up proposant des produits au service de la production, de la conservation et de l’amélioration des qualités commerciales, gustatives, nutritives et de la sécurité alimentaire. Leur technologie repose sur l’utilisation de photobiologie (l’étude de l’influence de la lumière sur les êtres vivants) et permet de réduire les pertes dans la chaîne de production des fruits et légumes tout en limitant l’utilisation d’intrants chimiques.
    • Maf Roda est un leader mondial des solutions de calibrages et de conditionnement sur toute la chaîne de mise en valeur des fruits et légumes. Elle conçoit des solutions clés en main et sur mesure en intégrant des systèmes performants pour le calibrage pondéral, le tri couleur et diamètre, la qualité externe et interne.
    • L’École d’ingénieurs de Purpan est une école supérieure agricole privée qui au-delà de sa mission d’apprentissage, qui regroupe des équipes d’enseignants-chercheurs réparties en 6 UMR, dont des experts dans le développement de technologies oxydatives au service de la protection des plantes et des denrées agro-alimentaires.
    • L’Inrae (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement) est un institut de recherche publique dépendant du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire. Il œuvre pour un développement cohérent et durable de l’agriculture, l’alimentation et l’environnement. Deux unités sont impliquées dans le projet : l’IRHS (Institut de recherche en horticulture et semences) à Angers et le C2VN (Centre de recherche en cardiovasculaire et nutrition) à Marseille.