Aprifel : une fête pour célébrer la science et l’action

    0
    626

    L’Agence pour la recherche et l’information en fruits et légumes a réuni plus que la filière, le 15 septembre dernier à Paris, pour fêter ses 40 ans d’existence. Plus qu’un anniversaire, c’est la réunion des scientifiques, de la société civile et des professionnels, la transmission et la vulgarisation des données scientifiques qui ont été célébrées.

    « C’est un grand moment d’émotion et de joie que de fêter une association qui existe toujours après quarante ans et qui a contribué à faire évoluer la société », a entonné Chrystel Teyssèdre, présidente de l’Aprifel, au soir du 15 septembre dernier. C’est peu dire sur la raison d’être de cette association à la gouvernance et au fonctionnement particuliers. Une sorte de joyau pour la filière, financé par des fonds interprofessionnels tout en restant indépendant dans ses travaux de recherche et de transmission des connaissances scientifiques*, ce qui confère à cette association quadragénaire un atout indéniable. Alors que dénutrition et obésité se sont révélées être plus que jamais des comorbidités importantes de la Covid-19 et qu’en parallèle l’année internationale des fruits et légumes met un coup de projecteur sur les bienfaits d’une alimentation riche en fruits et légumes, l’événement s’est imposé de lui-même en cette date anniversaire.

    Depuis les premières conférences scientifiques internationales des États généraux de l’alimentation, lancées en 2003, et les actions historiques de l’Aprifel en matière de santé, de nutrition et de sécurité alimentaire, 2020 a été marquée par l’initiation de travaux sur la pédagogie et la durabilité, « deux nouveaux champs d’importance pour l’Aprifel ». « Le chemin de la connaissance scientifique peut être difficile et pavé d’incertitudes. L’Aprifel tient son rôle grâce à son conseil scientifique, en dialogue permanent avec la société civile représentée dans le conseil consommateurs créé en 2009 », a résumé Jean-Pierre Cravedi, toxicologue, docteur en physiologie de la nutrition et nouveau président du conseil scientifique depuis fin 2020. Il succède à Alain Périquet, qui a marqué l’association de sa présence durant vingt ans. L’année 2020 a aussi vu la conclusion de deux projets structurants pour l’Aprifel : la publication des données d’analyse nutritionnelle issues d’un partenariat avec l’Anses et la refonte de son site internet.

    Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a répondu à l’appel. Dans une longue allocution, Julien Denormandie a remercié les professionnels pour cette invitation, en insistant sur la valeur de la « science et de la raison » au cœur des débats : « Quarante ans, c’est la force de l’âge pour l’Aprifel, qui agit avec volonté, dynamisme et passion. Elle le fait de manière inclusive grâce à sa gouvernance tripartite. C’est pourquoi je suis venu saluer tout ce qui a été fait en quarante ans. Produire une information scientifique, jouer un rôle d’interface entre la science et les consommateurs : c’est la deuxième raison pour laquelle je suis heureux d’être ici ce soir. La société montre combien nous sommes tombés parfois dans une forme de simplisme. Seules la science et la raison peuvent donner des explications à la complexité. L’ingénieur que je suis croit profondément à la façon dont vous avancez. » Mais aussi, ajoute Louis Orenga, directeur général d’Interfel et Aprifel, il faut « ne pas opposer la santé humaine à la santé de la planète » et appuyer l’impérieuse nécessité de « favoriser l’accessibilité des fruits et légumes, dont la production devient difficile dans un contexte réglementaire tendu » (réduction des matières actives notamment). In fine, avant la remise de décoration de Laurent Grandin, le ministre a souligné en parallèle le besoin de « méthode, d’écoute et de concertation » sur la question de la loi Agec sur les emballages plastiques… sans toutefois apporter d’annonce concrète face aux difficultés que rencontrent les professionnels.

    Au premier plan : Julien Denormandie, Louis Orenga et Chrystel Teyssèdre. Au second plan: Alain Périquet et Jean-Pierre Cravedi. © végétable