On se fait un plan cru ?

© Photo Xdr

Le cru est à la mode. Même si on risque de se retrouver avec le transit intestinal comme si on venait de se faire L’exorciste version longue dans un chalet de haute montagne avec les toilettes dehors, les steaks tartare et les carpaccios sont une valeur sûre du bistrot. Poisson idem. Même s’il y a autant de poisson dans les sushis industriels que de vraie truffe sur les marchés du Périgord, les sushis cartonnent. Pourquoi n’arrivons-nous donc pas surfer sur cette tendance et à promouvoir des associations culinaires autres que les sempiternelles frites et le certes difficilement remplaçable riz ? Après tout, la fonction d’accompagnement des légumes est un des moyens de promouvoir la consommation, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *