Un Sival encore plus grand !

    0
    105

    La 34e édition du Sival d’Angers s’est tenue du 14 au 16 janvier. Un grand rendez-vous, où producteurs et metteurs en marché ont trouvé des réponses à la plupart de leurs besoins. Compte-rendu selon la circulation de type « Ikea » qui traversait le salon.

    © végétable

    Que vous soyez producteur ou metteur en marché, technicien ou chercheur, le Sival, salon à Angers, a ce qu’il vous faut. Ce salon dédié aux productions végétales spécialisées offre un large panorama des matériels, des services et des connaissances disponibles, attirant près de 24 000 visiteurs provenant des régions de France, mais aussi de l’étranger. Au total, cette année, en janvier, 700 exposants dont 15 % d’internationaux et 140 conférenciers sont présents, sur 36 000 m2 d’exposition dont 4 000 m2 de plus que l’année dernière. Côté matériels, plusieurs halls leurs sont dédiés. Après l’Amphitea consacré à la viti-viniculture, on plonge dans l’immense Grand Palais, où se côtoient des tracteurs et leurs équipements, grands et miniatures, des quads, des robots et des outils pour traction animale ou travail manuel en maraîchage. Les principaux services dédiés à la production sont également présents, de la banque aux laboratoires d’analyse. La visite monte ensuite d’un étage, traversant deux halls dédiés aux matériels et constructeurs de serres, d’irrigation, de vertical farming. Ici les outils de pilotage connecté sont nombreux, on parle économie d’énergie et d’eau, mais aussi éclairage Led. Le visiteur arrive alors dans l’espace occupé par les organisations interprofessionnelles, où l’on note la large mise en avant du CTIFL et de ses services. Suivent encore trois vastes halls pour boucler la visite.

    Les halls C et B sont consacrés aux matériels arboricoles et maraîchers, où les outils de travail du sol occupent une bonne place, aux côtés des pulvérisateurs antidérive. Les calibreuses, conditionneuses et autres solutions d’emballage sont également au rendez-vous. Matériels et machines sont présentés sur place, l’espace disponible offre cette possibilité appréciable pour le visiteur. On citera les solutions d’emballage carton, cellulose ou bois mis en avant par Tout pour le fruit, ou encore la gamme proposée par l’Univers de l’emballage, du groupe Filpack, qui explique les vertus des plastiques issus de filières de recyclage. La société Arc Dieppe présente également ses petites machines ficeleuses-botteleuses et autres solutions intéressantes pour identifier des produits par des rubans ou des étiquettes, en diminuant le plastique. Enfin, dernier grand hall de la visite : celui occupé par les semenciers et producteurs de plants. L’occasion de faire le tour de l’offre du moment pour l’ensemble des espèces fruits et légumes. Graines Voltz profite de l’occasion pour célébrer ses « 20 ans dans le bio », tandis que HM Clause dévoile sa première gamme de tomates labellisées AB.

    Côté innovations, agtech et recherche, l’espace dédié et le programme des conférences sont riches. Mais le principe de circulation « Ikea » imposé au visiteur allonge considérablement le temps de déplacement et il est difficile d’alterner conférences et visites des stands. Plusieurs exposants et visiteurs le regrettent. En revanche, soulignons la qualité des supports d’information sur place, ainsi que l’appli du Sival, très fluide et efficace.

    On terminera en relevant l’ambiance dominante chez les professionnels : l’exaspération face aux annonces gouvernementales récentes, entre le décret d’application des ZNT et la toute récente interdiction d’usage des plastiques d’emballage imposée à la seule filière fruits et légumes. « Nous avons pris nos responsabilités dans le Plan de filière, validé par l’État, nous portons ce projet cohérent, et l’État décide de lois dans l’immédiateté, comme si tout ce travail n’existait pas. Heureusement, la Commission mixte paritaire a compris que ce délai n’était pas réaliste et a reporté d’un an supplémentaire cette interdiction », explique Laurent Grandin, président d’Interfel. Bref, tout se passe comme si les décisions politiques étaient prises à l’aune du twittomètre. Et cibler la filière fruits et légumes avec sa faible part d’emballages plastiques offre une image verte au gouvernement à moindre frais, pour lui. C’est regrettable, mais cela n’enlève rien à la qualité de ce Sival qui reflète bien l’engagement et les avancées de la filière face aux défis environnementaux. Rendez-vous l’année prochaine, pour la 35e édition, que Bruno Dupont, président du Sival, promet exceptionnelle !

    © végétable

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Faites un commentaire !
    Entrez votre nom ici SVP

    *

    code