Un “serious game” pour tester les leviers agroécologiques en verger

    0
    241

    À l’occasion des rencontres chercheurs-professionnels « Quelles stratégies pour la sortie des pesticides en arboriculture », qui se tenaient le 30 novembre 2023, Arnaud Dufils, assistant ingénieur en production et expérimentation végétales à Inrae, a présenté son jeu « Dessiner le verger de demain ».

    Dessiner le verger de demain
    Le jeu « Dessiner le verger de demain » a été développé par l’UR écodéveloppement, en collaboration avec le service communication de l’Inrae Paca, l’UERI de Gotheron et le Grab. © Inrae

    Cet outil participatif à vocation pédagogique a été créé et développé pour sensibiliser les apprenants aux enjeux de la conception de systèmes fruitiers agroécologiques, à la diversité des leviers mobilisables et aux différentes manières de les agencer dans l’espace.

    « Cela permet de manipuler de manière ludique des processus agroécologiques complexes et d’appréhender les interactions entre différents leviers d’actions, symbolisés par des figurines à agencer sur le plateau de jeu », a expliqué Arnaud Dufils. Diversité des espèces fruitières et non fruitières, strate herbacée, pâturage d’animaux, cultures intercalaires, nichoirs et gites pour les auxiliaires… sont sélectionnés pour tester un modèle.

    Après cinq tours de jeu, le niveau de performance du prototype est évalué selon six critères : investissement, temps de travail, productivité, économie potentielle d’intrant, restauration de la biodiversité et régulation naturelle des bioagresseurs.

    Faire passer des messages auprès des jeunes

    L’idée que l’on puisse « jouer » avec un verger a fait réagir plusieurs arboriculteurs présents dans la salle, considérant que les enjeux économiques sont trop importants pour s’en amuser et que leur métier ne doit pas être réduit à un jeu.

    « Nous comprenons que la forme peut perturber les professionnels, mais il faut voir ce jeu comme une manière différente et stimulante pour faire passer des messages auprès des jeunes. L’intérêt de ce jeu est de susciter la discussion sur l’évolution des pratiques, la nécessité de prioriser les actions et de trouver les meilleurs compromis », a répondu Arnaud Dufils. « Nous sommes conscients de ses limites, il ne permet notamment pas de concevoir un verger prêt à planter. La réalité est encore plus complexe. »

    Afin d’améliorer la diffusion de ce jeu, une version « Print & Play » et le prêt en ludothèque sont envisagés. Et au-delà d’un usage pour la formation, cet outil pourrait être mobilisé par la recherche ou le développement comme un objet intermédiaire entre acteurs et entre disciplines pour la co-conception de systèmes diversifiés.