Un appui pour les petits producteurs de banane bio-équitable

    0
    234

    Le mouvement Fairtrade/Max Havelaar a lancé en mai dernier un projet d’un million d’euros, financé par l’AFD (Agence française de développement), dont une contribution à hauteur de 300 000 € de Carrefour pour soutenir les pratiques écologiques et la promotion des femmes dans la filière de la banane bio-équitable, en appuyant des coopératives au Pérou et en République Dominicaine.

    Avec une croissance de 9 % des ventes en 2019 au niveau mondial et de 4 % en France en 2020, la banane équitable et bio devient un produit de plus en plus incontournable. Le commerce équitable Fairtrade/Max Havelaar vise à garantir de meilleures conditions de travail et de vie, notamment grâce à un prix minimum sécurisé, une prime de développement, des cahiers des charges strictes sur les pratiques agricoles durables, etc. La banane représente la part de marché la plus importante qu’ait gagné un produit issu de la filière équitable en France avec 12 % (84 000 t vendues en 2020) contre 4 % pour le café, par exemple. « Si les producteurs de bananes équitables-bio en Amérique Latine connaissent un vrai succès auprès des consommateurs, pour autant ils doivent être soutenus pour augmenter leur résilience face au changement climatique, améliorer leur productivité de manière agroécologique et ainsi sécuriser leurs revenus », explique Blaise Desbordes, directeur général de Max Havelaar France.

    Ce projet inédit appuiera donc, pendant trois ans, 11 coopératives de producteurs de banane équitable en République dominicaine et au Pérou (10 000 personnes bénéficiaires). Ses priorités sont l’amélioration durable des revenus, l’autonomisation des femmes et des jeunes et de meilleurs moyens de résilience face au changement climatique. Parmi les actions concrètes, sont prévues par exemple la construction de micro-usines de bio-intrants et la mise en œuvre de champs-écoles de diversification.

    © James Rodriguez – Max Havelaar France