Mieux afficher la transition agricole et alimentaire

    0
    588

    La future loi climat prévoit un affichage environnemental qui devra informer les consommateurs sur l’empreinte écologique des produits alimentaires.

    Dans le cadre de l’appel à projets lancé par le ministère de l’Écologie et l’Ademe (Agence de la transition écologique) pour développer cet affichage, un collectif regroupant associations de consommateurs, de protection de l’environnement, organisations de défense du bien-être animal et acteurs de la bio soutient le Planet-score. Fruit d’un travail basé sur l’indépendance et la transparence, celui-ci englobe les principaux impacts environnementaux de la production agro-alimentaire.

    La loi climat prévoit un affichage environnemental principalement basé sur l’ACV (analyse du cycle de vie), méthode qui prend en compte les différentes étapes de la vie d’un produit et leurs effets sur l’environnement. En revanche, elle mesure actuellement mal certains impacts négatifs, notamment ceux liés à l’usage des pesticides sur la santé humaine et n’intègre pas les atteintes à la biodiversité. Sans la prise en compte de ces enjeux, l’utilisation de l’ACV seule conduirait à favoriser les produits issus de productions et d’élevages intensifs (utilisant massivement pesticides, engrais de synthèse, antibiotiques…). Proposé par l’Itab (Institut de l’agriculture et de l’alimentation biologiques) et ses partenaires, le Planet-score permet de corriger les biais et les lacunes de l’ACV et se distingue par cinq atouts majeurs : il repose sur une expertise scientifique approfondie et pluridisciplinaire, il permet de combler les lacunes de l’ACV pour mieux évaluer l’impact des pesticides sur la santé humaine et sur l’environnement, il englobe les impacts négatifs et positifs de l’agriculture sur la biodiversité en fonction des modes de production (bio, extensif, intensif) , il s’appuie sur les données scientifiques les plus récentes sur l’impact climatique des aliments  et il apporte une information complémentaire sur le bien-être animal, qui fait partie des défis d’une agriculture soutenable et ne peut être déconnecté des enjeux écologiques.