Medfel 2023 : retour vers le succès

    0
    667

    Le salon de la filière fruits et légumes du Sud de la France vient de fermer ses portes.

    À Perpignan, les 190 exposants (contre 156 l’an passé) et 3 397 visiteurs (+7 %) ont largement échangé les 26 et 27 avril, dans l’ambiance chaleureuse et conviviale des allées du Medfel. Conférences et ateliers se sont succédés, tandis que les stands ont accueilli moult professionnels, acheteurs, futurs partenaires… L’activité import-export méditerranéenne était, comme à l’accoutumée, incarnée par la plateforme Saint-Charles International, mais aussi via des opérateurs algériens, marocains, espagnols, italiens, etc. D’ailleurs, les exposants comme les visiteurs internationaux (16 %, contre 8 % en 2022) se sont globalement montrés plus nombreux. Les espèces fruitières estivales françaises étaient, quant à elles, bien représentées par la production. Une réelle dynamique a pu être remarquée à travers les entreprises offrant des services dans le domaine de l’emballage principalement, mais aussi de la logistique de transport, l’ingénierie ou l’innovation. Si le salon est resté de taille modeste par rapport aux autres modèles européens et n’a pas rassemblé toutes les espèces fruitières ni légumières, il semble, cette année, avoir apporté satisfaction à nombre d’exposants et visiteurs en répondant justement aux préoccupations d’approvisionnement du moment, pour la saison du melon et des fruits à noyau : 86 % des exposants se sont avoués « satisfaits » de cette édition 2023 !

    Le mercredi 26, du côté des conférences, autre point fort du salon, les habituelles prévisions de récolte de fruits à noyau et de plantations de melon ont rassemblé les auditeurs, impatients de découvrir ces tendances stratégiques. Parmi les tables rondes animées par Florence Rabut, rédactrice en chef de végétable, notons celle sur la gestion de l’eau, cruciale. L’intervention de Jean Viard, sociologue, a été fortement remarquée et appréciée : son analyse de la « guerre climatique, qui coûte actuellement 4 500 milliards d’euros par an à la planète », a dressé un état des lieux sans fard pour le monde agricole, mais a débouché sur un certain optimisme. Le lendemain, jeudi 27, perspectives du marché bio, valorisation et souveraineté alimentaire, agrivoltaïsme… ont à leur tour été traités par des experts devant un public attentif. Quelques ateliers autour des pesticides ou de l’emploi, autres sujets préoccupants, ont également ponctué ces deux journées.

    Le « rendez-vous incontournable de la filière fruits et légumes en France », tel que le nomme ses organisateurs, a confirmé sa légitimité. Cette édition renoue avec un succès pré-Covid, confirmant le rôle essentiel d’un tel événement en présentiel pour rassembler les professionnels.